Épidémies : forte hausse du nombre de gastro-entérites depuis la semaine de Noël

Épidémies : forte hausse du nombre de gastro-entérites depuis la semaine de Noël
Santé

Toute L'info sur

L’épidémie de grippe saisonnière

SANTÉ - Selon les estimations du réseau Sentinelles, le nombre de gastro-entérites a fortement augmenté depuis le 23 décembre, semaine de Noël. Les régions les plus touchées sont le Grand Est, l'Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine.

Quel que soit votre lieu de domiciliation ou votre lieu de vacances, vous avez forcément été touché de près ou de loin par la gastro-entérite en cette période de fête En effet, au cours de la semaine de Noël, les consultations en médecine générale liées à la gastro-entérite ont, elles, fortement progressé avec 289 consultations pour diarrhée aiguë pour 100.000 habitants, selon les estimations du réseau Sentinelles.  La semaine précédente, le chiffre était de 177... 

Les régions les plus touchées sont le Grand Est, l'Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine. Les taux d’incidence les plus élevés ont été observés dans la région Grand Est avec 656 cas pour 100.000 habitants, en Occitanie avec 411 cas pour 100.000 habitants et en Nouvelle-Aquitaine avec 402 cas pour 100.000 habitants.  

Voir aussi

En Bretagne, le taux  d'incidence s'élevait à 330 cas pour 100.000 habitants, en Auvergne - Rhône-Alpes, à 96 cas pour 100.000 habitants et en Centre - Val de Loire à 258 cas pour 100.000 habitants. En Corse,  on est passé 58 cas pour 100.000 habitants la semaine du 16 décembre à 280 cas pour 100.000 habitants celle du 23 décembre.

Progression également de la bronchiolite

L'épidémie de bronchiolite a elle aussi continué à progresser la semaine dernière sur l'ensemble du territoire. Cette maladie respiratoire fréquente, qui touche particulièrement les bébés de moins de 2 ans, a entraîné un peu plus de 5000 passages aux urgences au cours de la semaine du 23 décembre, soit 10% de plus que la semaine précédente, selon le bulletin hebdomadaire de l'agence sanitaire Santé publique France. L'épidémie est en cours dans toutes les régions métropolitaines depuis la semaine du 9 décembre.

Environ un tiers (35%) des enfants vus aux urgences ont été hospitalisés, en très grande majorité (93%) des bébés de moins d'un an. La bronchiolite a en outre motivé 797 passages de SOS Médecins (15% de plus que la semaine d'avant). Causée par un virus, le virus respiratoire syncytial (VRS), la bronchiolite est très contagieuse et provoque une toux et des difficultés de respiration, qui devient rapide et sifflante.

Activité grippale encore "faible" mais en augmentation

Six régions de France métropolitaine sur 13 se trouvaient par ailleurs en situation "pré-épidémique" pour la grippe, contre quatre la semaine précédente, selon Santé publique France. Il s'agit de la Bourgogne-Franche-Comté, de la Bretagne, de l'Ile-de-France, de l'Occitanie, des Pays de la Loire et de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Au niveau national, il y a eu "51 consultations pour syndrome grippal pour 100.000 habitants", contre 46 la semaine précédente."La proportion de syndromes grippaux parmi les consultations de SOS Médecins est également en légères augmentation", à 3,7% au lieu de 3,5%, précise l'agence sanitaire.61 cas graves ont dû être admis en réanimation depuis le début de la surveillance de cette maladie virale, soit 14 de plus en une semaine.

Chaque année, la grippe saisonnière touche 2 à 6 millions de personnes. Elle entraîne des dizaines de milliers de passages aux urgences et fait 10.000 morts en moyenne. L'hiver dernier, l'épidémie avait entraîné une mortalité moins élevée que la moyenne des années précédentes, mais malgré tout importante, compte-tenu de sa courte durée, avec environ 8.100 décès estimés pendant les deux mois de phase épidémique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent