L'espace de santé numérique sera déployé pour tous les usagers le 1er janvier 2022

Olivier Véran annonce l'accès à "tous les Français" de l'espace de Santé numérique pour janvier 2022.

COFFRET NUMÉRIQUE - Fini le dossier médical partagé, bonjour l'espace de santé numérique. Dès le 1er janvier 2022, chaque citoyen pourra avoir accès à cette nouvelle plateforme où il pourra lui-même renseigner ses données médicales, a annoncé ce lundi le ministre de la Santé Olivier Véran.

Il était jusqu'ici en test en Loire-Atlantique, la Somme et en Haute-Garonne. Le voilà bientôt déployé dans toute la métropole. L'espace de santé numérique sera accessible "pour tous les Français" d’ici au 1er janvier 2022, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran à la station F, temple des start-ups dans le 13e arrondissement de Paris.

L'espace de santé, c'est quoi ?

Tout simplement, un dossier de santé numérique et unique à chaque patient. Dessus, on y retrouve toutes vos données médicales, partagées avec les soignants. Autrement dit vos rendez-vous, ordonnances, résultats de prises de sang, imageries médicales, vaccins et rappels, etc, liste France 3. À l'avenir, l'espace de santé comprendra aussi une messagerie sécurisée pour tout échange entre les patients et les professionnels de santé.

Quelles nouveautés avec le dossier médical partagé ?

Seule différence majeure avec le dossier médical lancé en 2018, les données pourront être renseignées par les soignants, mais également par vous-mêmes. Auparavant, les premiers uniquement pouvaient remplir le DMP. Mais considéré comme un échec avec seulement 9 millions de créations de compte en 2020, il laissera donc sa place à l'espace de santé numérique. Depuis le 1er juillet 2021, il n'est d'ailleurs plus possible de créer de dossier médical partagé.

Quel est l'intérêt de changer vers l'espace de santé numérique ?

Plus de clarté dans la prise en charge des patients et éviter les pertes d'information sur les patients. Comme le dossier médical partagé, l'espace de santé numérique n'est cependant pas obligatoire. Les personnes qui n'en veulent pas auront un délai d'un mois pour s'opposer à sa création, y compris les enfants.

Combien coûtera sa mise en place ?

L'État prévoit de dépenser 650 millions d'euros en 5 ans pour cette stratégie, qui fait partie du plan de 7,5 milliards d'euros pour l'innovation en santé, annoncé en juin par le président de la République. Le plan prévoit par exemple 100 millions d'euros pour subventionner jusqu'à 60% des frais d'évaluation clinique des logiciels et autres dispositifs numériques de santé.

Il comprend aussi la création d'une trentaine de services d'expérimentation des innovations numériques dans les hôpitaux et autres organisations de soin, et une enveloppe de 100 millions d'euros pour le développement de la filière imagerie médicale.

Lire aussi

Côté recherche et formation, le plan prévoit également 81 millions d'euros pour la formation numérique des médecins, pharmaciens, infirmiers et autres professionnels de santé. L'enveloppe servira aussi à former des ingénieurs, des juristes et des experts réglementaires en santé numérique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La Chine reconnaît que le variant Omicron va compliquer l'organisation des JO d'hiver à Pékin

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.