Essais cliniques "sauvages" dans une abbaye : les dénégations du professeur Joyeux

Essais cliniques "sauvages" dans une abbaye : les dénégations du professeur Joyeux

MÉDECINE ILLÉGALE- Après la découverte d'essais cliniques "sauvages" réalisés sur des patients atteints des maladies de Parkinson et d'Alzheimer, les professeurs Jean-Bernard Fourtillan et Henri Joyeux ont été mis en cause. Ce dernier, interrogé par TF1, nie avoir escroqué qui que ce soit.

Des tests médicaux réalisés sur près de 350 patients atteints de Parkinson et d’Alzheimer et menés par le Fonds Josefa sont aujourd’hui au cœur d’une enquête. Le professeur Henri Joyeux, vice-président du Fonds Josefa, a réagi auprès de TF1. Ce dernier se défend de toute escroquerie et évoque plutôt une erreur de jugement. "Ce n'est pas une bonne chose d'avoir mis essai clinique, on peut faire des erreurs d'écriture. (...) Quand on réfléchit, c'est une étude scientifique avec des patients. Il n'y a rien de caché." Son confrère Jean-Bernard Fourtillan, convoqué par l'Agence du médicament en juin dernier, allait plus loin en niant même avoir mis en place tout essai clinique. Mais c'était avant que l'enquête de l'ANSM n'aboutisse et n'interdise la conduite de ces essais, jeudi 20 septembre.

Lire aussi

Dans l'abbaye de Sainte-Croix (Vienne), les professeurs Jean-Bernard Fourtillan et Henri Joyeux ont - selon les premiers éléments révélés par l'ANSM - conduit des essais cliniques sur ces malades en leur posant des patchs contenant deux molécules aux "effets inconnus" selon l'ANSM, appelées valentonine et 6-méthoxy-harmalan. Les patients étaient par ailleurs sollicités financièrement pour ces tests en étant incités à verser des dons au fonds Josefa. Des sommes de 1 000 euros, voire plus par patient, ont ainsi été évoquées. Or, ces essais n'ont jamais été autorisés par l'Agence du médicament. Le fait de pratiquer des essais cliniques sans autorisation préalable est passible de 15 000 euros d'amende et d'un d'emprisonnement. Une enquête est en cours et les bureaux du professeur Joyeux de Poitiers ont fait l'objet d'une perquisition.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 - Variant Omicron : la plupart des cas sont "légers", selon l'agence européenne des médicaments

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

EN DIRECT - Conférence de presse d'Emmanuel Macron : suivez notre édition spéciale

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

Le variant Omicron semble avoir un taux de réinfection plus élevé, prévient l'OMS

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.