Et si on avait trouvé le moyen de prévenir les migraines ?

Et si on avait trouvé le moyen de prévenir les migraines ?

DirectLCI
SANTE - Les personnes qui souffrent régulièrement de migraines pourraient se voir proposer d'ici quelques années un traitement spécifique pour réduire considérablement le nombre de crise. Deux traitements jugés prometteurs par de nombreux spécialistes ont été présentés lors d'un meeting annuel de neurologues.

Elles peuvent être très douloureuses et surtout très répétitives malgré la prise d'antidouleurs. Des chercheurs auraient trouvé le moyen de mettre fin aux migraines les plus virulentes avant même qu'elles ne se manifestent, plutôt que de les arrêter une fois qu'elles ont démarré. L'annonce a été faite lors du meeting annuel de l'Académie américaine de neurologie : deux nouveaux traitements sont en cours de développement pour agir contre, et uniquement contre, ces maux de tête.

Ces deux traitements contiennent des anticorps conçus pour bloquer une protéine impliquée dans le déclenchement des migraines. Ils sont actuellement en essai clinique de phase II, ce qui signifie que de plus grandes études sont nécessaires pour confirmer les premières conclusions prometteuses. Le premier, du nom de ALD403, a été testé chez 163 patients souffrant de migraines entre 5 et 14 jours par mois. La moitié d'entre eux l'ont reçu par voie intraveineuse et l'autre a reçu un placebo.

"Une nouvelle ère dans le traitement préventif"

Cinq mois après l'injection, les résultats ont montré que ceux qui ont reçu le médicament ont vu leurs migraines réduites de 5 jours par mois contre 4 jours pour les patients au placebo. De même, 16 % des personnes du premier groupe n’ont pas eu de migraine pendant douze semaines. Le deuxième traitement, le LY2951742, a été testé chez 217 personnes présentant également 4 à 14 jours de migraine par mois. La moitié a reçu une injection toutes les deux semaines pendant 3 mois, et l'autre moitié un placebo.

Au bout de cette période, les chercheurs ont constaté une moyenne de 4 jours de migraines en moins avec le médicament contre 3 jours de moins avec le placebo. "Ces résultats peuvent potentiellement représenter une nouvelle ère dans le traitement préventif de la migraine, a déclaré Peter Goadsby, de l'American Academy of Neurology et principal auteur des deux études. La migraine reste mal traitée et il y a peu de traitements efficaces et bien tolérés approuvés qui empêchent les attaques de se produire".

Ces traitements peuvent provoquer des effets secondaires chez certains patients, comme une douleur au site d'injection, des infections des voies respiratoires et des douleurs abdominales, "mais dans l'ensemble ils ont été considérés comme sûr et bien tolérés", précisent les chercheurs. Ces derniers espèrent qu'ils pourront bientôt remplacer les traitements de fond actuels (bêtabloquants, antiépileptiques…) qui sont à l'origine développés pour traiter d'autres pathologies et dont l'efficacité sur les symptômes n'est pas la même selon les patients.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter