À 36 ans, elle se fait retirer seins et utérus à cause de ses (faux) résultats de test ADN

À 36 ans, elle se fait retirer seins et utérus à cause de ses (faux) résultats de test ADN

Santé
DirectLCI
MAUVAISE SURPRISE - Très en vogue aux Etats-Unis, les tests ADN peuvent paraître à la pointe de la technologie mais cachent en réalité de nombreux risques de fiabilité. Une jeune américaine de 36 ans en a fait les frais : se croyant porteuse de gênes cancéreux, elle s'est faite enlever seins et utérus. Pour rien.

Prévention est mère de sûreté… Mais quand il s’agit de se faire retirer les seins et l’utérus pour éviter un cancer, ne vous fiez pas seulement aux résultats d'un test ADN. Comme Elisha, une jeune américaine témoignant dans l'émission Complément d'enquête, diffusée jeudi soir sur France 2, vous pourriez le regretter. 


Après avoir vu sa mère mourir d'un cancer, Elisha a effectué un test génétique, très en vogue aux Etats-Unis puisqu’ils sont en libre accès. Avec un simple échantillon de salive, les laboratoires promettent de révéler les origines de vos ancêtres où encore vos prédispositions à certaines maladies. Les résultats indiquent un fort risque de développement de cancer du sein ou des ovaires : son médecin lui propose alors une chirurgie préventive, qu’elle accepte.

Dans les semaines suivantes, Elisha se fait opérer : plus d’utérus, d’ovaires ni de poitrine. Elle a alors 36 ans et peine à accepter son corps "mutilé, massacré" selon ses propres mots, tout en s’accrochant à l’idée qu’elle a fait le bon choix. Jusqu’à ce qu’un second médecin fasse vérifier les résultats de son test ADN auprès d’un laboratoire. Cette fois ci, les résultats sont négatifs, elle n'est pas et n'a jamais été sujette à un potentiel cancer. Mais c’est trop tard. "On ne peut pas me rendre mes organes", dit-elle.

Quinze millions de personnes ont eu recours à un test ADN

Ce scénario catastrophe, Elisha n’est pas la seule à l’avoir vécu outre Atlantique. Résultats contradictoires, mensonges des labos, fuite de données personnelles, les risques sont grands. Les journalistes Tola Tarsissi et Elouane Martin signent pour Complément d’enquête un reportage sur les dérives de ces tests ADN, parfois peu fiables, parfois sciemment trafiqués. 

En vidéo

ARCHIVES - Aux États-Unis, des tests ADN pour retrouver ses origines

A commander sur internet et à faire à la maison, ils coûtent moins de 100 euros et fonctionnent avec un simple échantillon de salive. Selon FranceInfo, "quinze millions de particuliers dans le monde auraient déjà eu recours à ces tests, interdits en France". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter