Étude santé : avoir de bons amis améliore la mémoire et freine Alzheimer

Étude santé : avoir de bons amis améliore la mémoire et freine Alzheimer

Santé
DirectLCI
C'EST PROUVÉ- Une nouvelle étude menée par des chercheurs américains montre la corrélation entre un solide tissu de relations sociales, et les capacités cognitives du cerveau.

Avoir de bons amis, chaleureux et en qui l’on peut avoir confiance a des effets inattendus. L'amitié pourrait enrayer le déclin de la mémoire, et être la clé d’un meilleur fonctionnement du cerveau. Étonnant ? C’est ce que révèle en tout cas une nouvelle étude menée par l’Université de Medecine du Nord-Ouest de Chicago,  la Northwestern Medicine, la première du genre à mettre en avant l'effet de la sociabilité sur le cerveau.


Les personnes les plus âgées, qui ont 80 ans ou plus et ont des capacités intellectuelles au moins aussi bonnes que les personnes de 50 ou 60 ans, indiquent en effet avoir des relations très satisfaisantes et de grandes qualités avec leurs amis. L’étude montre aussi que leur cortex est plus grand que leur moyenne.

Un frein à Alzheimer ?

"Cette étude soutient la théorie selon laquelle le maintien de liens sociaux solides semble être lié à un déclin cognitif plus lent", explique sur le site de l’Université l'auteur principal de l’étude, la professeure Emily Rogalski. "Cette découverte est particulièrement intéressante pour comprendre les facteurs qui sous-tendent la préservation des capacités cognitives à un âge avancé, en particulier ceux qui peuvent être modifiables", ajoute Amanda Cook, doctorante en neuropsychologie clinique.


De précédentes études ont montré que les personnes atteintes d’Alzheimer ou de troubles cognitifs légers souffraient souvent d’une réduction de leur cercle d'amis, et que le bien-être psychologique chez les personnes âgées était souvent lié à une réduction du risque de démence. Tout n’est cependant pas si simple. 


Avoir des amis pourrait être une condition nécessaire, mais pas suffisante, pour se garder en bonne santé mentale le plus longtemps possible : "On ne peut pas simplement dire que si vous pouvez compter sur un solide réseau social, vous ne serez jamais atteint de la maladie d'Alzheimer", précise Emily Rogalski. "Mais si vous dressez une liste des règles de vie saines à observer, comme manger un certain régime et ne pas fumer, préserver des liens sociaux solides peut en être une important. Aucun de ces aspects pris un à un ne garantit que vous n'obtiendrez pas la maladie, mais ils peuvent encore avoir des avantages pour la santé." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter