Etude santé : la baisse de la tension artérielle, premier signe d'une vie en déclin ?

Etude santé : la baisse de la tension artérielle, premier signe d'une vie en déclin ?

DirectLCI
SANTÉ - Selon des chercheurs britanniques, la pression sanguine dans les artères aurait tendance à baisser progressivement au cours des quatorze ou dix-huit années qui précèdent la mort. Ces résultats devraient déclencher de nouvelles études afin de déterminer la signification exacte de ce déclin observé chez les patients âgés. Détails.

Une baisse progressive de la tension artérielle en guise de compte à rebours ? Des chercheurs de l'Université d'Exeter au Royaume-Uni révèlent que la pression sanguine dans les artères commence à diminuer graduellement environ quartorze ans avant la mort. L'étude, publiée dans le Journal of American Medical Association, s'appuie sur les mesures de pression artérielle, échelonnées sur vingt ans, de 46 634 patients âgés d'au moins 60 ans entre 2010 et 2014 et de 20 207 patients décédés.  


Les travaux ont été menés à partir des dossiers médicaux électroniques d'hospitalisation, l'éventail de participants comprenant aussi bien des personnes en bonne santé que des personnes souffrant de maladies cardiaques ou de démence. Conclusion ? 51,7% de femmes âgées en moyenne de 82 ans au décès, souffraient des tensions artérielles systoliques et diastoliques ayant atteint un sommet de dix-huit à quatorze ans avant le décès, avant de diminuer progressivement. 


Pour rappel, la valeur systolique correspond à la pression maximale qui règne dans les vaisseaux au moment où le cœur se contracte. A contrario, la valeur diastolique correspond à la pression minimale observée après la contraction, c’est-à-dire lors du relâchement du cœur. La pression artérielle est jugée normale lorsque la valeur de la pression systolique est comprise entre 11-12 cmHg  et que celle de la pression diastolique est et 7-8 cmHg. On parle d'hypertension artérielle pour désigner une pression anormalement forte du sang sur la paroi des artères.

En vidéo

L’Aude teste des autotests de tension artérielle

Des variations plus marquées en cas d'hypertension artérielle

Les scientifiques ont également observé des diminutions dix à trois ans avant le décès chez des personnes non traitées par des antihypertenseurs, mais les variations étaient les plus prononcées chez les patients souffrant d'hypertension artérielle. D'après les auteurs de l'étude, les baisses de pression artérielle sont ainsi davantage notables chez les patients atteints de démence, d'insuffisance cardiaque, de perte de poids tardive et chez ceux concernés à l'origine par l'hypertension artérielle. Ces derniers soulignent néanmoins que cet abaissement à long terme s'est également produit en l'absence de l'un de ces diagnostics. 


Cette dernière étude devrait en susciter de nouvelles afin de déterminer la signification exacte de cette diminiution de la tension artérielle chez les patients âgés.

Plus d'articles

Sur le même sujet