Exposés à des comportements à risque les ados peuvent passer à l'acte dans la journée

Exposés à des comportements à risque les ados peuvent passer à l'acte dans la journée

ADDICTION – En matière de comportement violent, le déterminisme social et familial jour un large rôle. Toutefois, chez les adolescents, les choses peuvent se passer très vite, en moins de 24 heures. Psychologie et génétique peuvent ici se rejoindre pour donner un cocktail explosif.

Les adolescents sont des sujets particulièrement vulnérables et influençables. C'est un âge où certains testent leurs limites et prennent souvent de mauvaises décisions afin de se sentir mieux acceptés par les autres.

On sait déjà que les jeunes qui grandissent dans des quartiers défavorisés ou dans des familles qui rencontrent des problèmes d'addiction ont plus tendance à reproduire des comportements considérés comme à risques par le corps médical. Simple question de déterminisme social ? En partie mais pas seulement. Il semblerait que tout cela ait une explication physiologique ou génétique si l'on veut aller plus loin.

Des ados équipés d'un portable pour interagir avec les chercheurs

Des chercheurs de l'université de Duke aux Etats-Unis ont ainsi voulu comprendre les mécanismes de reproduction des comportements risqués,voire antisociaux. Pour pouvoir être au plus près des ados, les scientifiques les ont fait répondre à leurs questions par l'intermédiaire de leur objet de prédilection : leur téléphone. Ils se sont donc entretenus 3 fois par jour, pendant 30 jours. L'objectif ? Créer une plus grande complicité avec les cobayes et obtenir les réponses les plus précises possible.

Pour effectuer ses travaux, l'équipe a voulu, dans un premier temps, comparer les réactions des sujets entre les jours où ils se trouvaient en présence de personnes aux comportements addictifs et les autres jours.

Un gène de la dépendance ?

Et les résultats de cette enquête sont édifiants, car quand ces ados avaient été au contact de personnes expérimentant des problèmes de dépendance (drogue, alcool...) ils avaient tendance à réagir dans la même journée en reproduisant ces comportements ou en faisant preuve de violence à l'égard des biens ou des personnes.

EN SAVOIR + >> Alcool, tabac, cannabis... les ados très dépendants 

Plus singulier encore, certains enfants porteurs d'un gène dénommé DRD4-7R (environ 30% du groupe) pouvaient être jusqu'à 6 fois plus sensibles à cette théorie que les autres. Intéressant quand on sait que ce gène est également responsable de certaines pathologies liées à l'hyperactivité .

Comment protéger les ados en toutes circonstances

Il convient donc de rappeler ici que les ados sont par définition entre deux âges. S'ils ne sont plus des enfants, ils ne sont pas encore tout à fait adultes et les exposer à certaines situations peut, non seulement les traumatiser, mais peut également les pousser à avoir un comportement dangereux pour eux mais aussi pour les autres.

Et si vous avez vent du fait que votre enfant aurait pu être témoin d'une scène d'abus d'alcool ou autre, le mieux est d'en parler avec lui pour lui expliquer les choses simplement et répondre à ses questions. L'addiction est avant tout une maladie et elle doit être présentée comme telle à un adolescent pour éviter toute banalisation. 

À LIRE AUSSI
>> MDMA :pourquoi al consommation explose chez les ados >> Boire de l'alcool jeune augmente le risque de dépendance >> Drogue, harcèlement, violence : les ados aussi bien informés que concernés

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes

Variants du coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique déconseille certains masques en tissu

Didier Raoult a-t-il reconnu s'être trompé sur l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 ?

Lire et commenter