Faire pipi dans une piscine : c'est non seulement dégoûtant mais aussi dangereux

Faire pipi dans une piscine : c'est non seulement dégoûtant mais aussi dangereux

Santé
DirectLCI
SANTE - Si le chlore peut tuer les bactéries présentes dans les piscines, il réagit aussi avec des fluides corporels humains pour créer des gaz nocifs. Ce qui n'est pas rare, étant donné l'habitude de certains nageurs d'uriner dans les bassins.

Ce n'est pas juste dégoûtant, c'est aussi nocif : cette petite habitude qu'ont certains d'uriner dans les piscines pourrait bien s'avérer très néfaste pour les nageurs alentours. Une conclusion que l'on doit à une très sérieuse étude menée conjointement par les scientifiques de l'Université agricole de Chine et de l'Université de Purdue (Etats-Unis). Les travaux, publiés dans la revue Environmental Science & Technology dévoilent les dangers du cocktail urine et chlore après analyses d'échantillons.

Les chercheurs y expliquent qu'une réaction chimique se crée lorsque l'acide urique et l’urée, deux composants de l’urine fabriqués par le corps, se mélangent avec de l'eau chlorée. On obtient alors deux gaz toxiques : la trichloramine et le chlorure de cyanogène. Or, l'inhalation de ces gaz provoque chez les personnes exposées des irritations de la peau, des yeux et du nez. Mais surtout, elle engendre des troubles respiratoires qui peuvent eux-mêmes aboutir à de l'asthme, des rhinites et des bronchites.

Le personnel directement impacté

Résultat : ce phénomène peut causer de véritables problèmes de santé chez les personnes les plus présentes en piscine à savoir les nageurs les plus assidus, les maîtres-nageurs et le personnel de nettoyage. Comment limiter l'impact ? Les chercheurs identifient trois manières de réduire la concentration de ces gaz. La première consiste à faire monter la teneur en chlore de la piscine, ce qui permet de régler le problème du chlorure de cyanogène… mais pas celui du trichloramine.

L'étude suggère également d'éviter la "proximité de lieux d'urine localisés dans les piscines". Comprendre par là qu'il vaut mieux se tenir loin des enfants et aussi des nageurs de compétition. Enfin, la plus évidente : "les nageurs peuvent améliorer les conditions de piscine en arrêtant tout simplement d'uriner dans la piscine", conclut l'étude. Mais si tout le monde pense, à l'instar, du célèbre nageur américain Michael Phelps que "le chlore tue tout ça, donc ce n'est pas si grave", ce n'est pas gagné…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter