Futur vaccin contre le Covid-19 : qui sera prioritaire en France ?

Futur vaccin contre le Covid-19 : qui sera prioritaire en France ?
Santé

PANDÉMIE - Il n'existe pour le moment ni traitement, ni vaccin contre le Covid-19. Si les recherches avancent, une solution ne devrait cependant pas voir le jour avant fin 2020. A cela s'ajoute la question du nombre d'unités qui seront disponibles, d'où le choix de cibles prioritaires.

Pour l’heure, aucun vaccin contre le nouveau coronavirus (Covid-19) n’est disponible. Les premiers ne seront pas disponibles avant fin 2020, au plus tôt. Parmi les 131 candidats en lice, dix-sept solutions vaccinales sont actuellement en cours d’évaluation, dont cinq en phase 3, la dernière étape pour tester leur efficacité. Ces vaccins sont développés par deux  laboratoires américains, deux chinois et un britannique. Et même si les essais cliniques se révèlent concluants, leur production prendra encore de longs mois, d’où ce délai. 

"Fabriquer un vaccin en douze mois, alors qu’il faut habituellement dix ans, ce serait déjà une prouesse si on y arrive", rappelle à TF1 le Dr Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique, chargé de conseiller l'exécutif sur la crise sanitaire. "La planète entière veut se faire vacciner. Et lorsqu’un vaccin sera disponible, il n’y aura pas des doses disponibles immédiatement pour tout le monde. Donc, il faudra faire des choix et identifier les personnes qui seront les premières à en bénéficier", prévient le spécialiste. Et c'est justement ce à quoi se préparent les autorités françaises.

Lire aussi

Un rapport, rédigé par une quinzaine de membres du Conseil scientifique, du comité analyse, recherche et expertise (CARE) et du comité vaccin Covid-19, a été mis en ligne sur le site du ministère de la Santé. Il identifie notamment les cibles prioritaires. On y trouve les personnes exposées de par leur métier, celles à risque du fait de leur âge ou d’une maladie chronique et les individus en grande précarité. 30 millions de personnes au total, soit près la moitié de la population française. 

La population exposée professionnellement représente environ 6,8 millions de personnes, dont 1,8 million sont des personnels de santé -médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, aides-soignants, etc. Cinq autres millions de personnes sont également jugées prioritaires car travaillant au contact du public (commerce, écoles, transports, restauration, etc.), en milieu confiné à risque (abattoir, taxi, etc.). 

A cela, s'ajoutent quelque 23 millions de personnes à risque du fait de leur âge (supérieur à 65 ans), d’une pathologie chronique (dont les maladies cardiovasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète) ou d’une obésité. Enfin, 250.000 personnes en état de grande précarité, notamment les sans domiciles fixes, sont également considérées comme prioritaires pour bénéficier d’un futur vaccin.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Cette stratégie vaccinale a pour objectif de limiter le risque d'un retour saisonnier de la maladie, tout en protégeant les professionnels de santé en cas de récidive. "C'est une bonne chose, estime Rémy Bordonado, infirmier libéral à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). En cas de retour de l’épidémie ou d’accentuation de la propagation virale, nous allons nous retrouver de nouveau en première ligne. Pour continuer à être sur le front, il faut être opérationnel. Pour cela, nous avons besoin d’être vaccinés".  Reste maintenant à trouver un vaccin efficace !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent