Galères de vacances - Faire l'amour à la plage ? Nos conseils pour en garder un bon souvenir

Santé
SEXE - Une tuile, un imprévu, un souci... pour vous faire profiter au mieux de vos vacances, LCI a recensé les galères de l'été et leurs solutions. C'est bien connu : les vacances ont tendance à booster la libido. L’été stimule le désir et éveille les sens. Et si certains rêvent de faire l’amour à la plage ou dans le sable, l’idée n’est pourtant pas si bonne.

"L’amour à la plage" : Niagara le chantait déjà en 1986. 

La galère

Si c'est le fantasme de nombreux couples pendant l’été, cette idée n’est pas sans danger. Pour ne garder que des bons souvenirs de cette expérience, quelques précautions s’imposent avant de faire des galipettes dans le sable et dans l’eau de mer.

La solution

⇒ Sur le sable, prenez une grande serviette

Les petits grains de sable de la plage s’immiscent partout où ils le peuvent. Une situation très désagréable qui peut causer des infections, des coupures et des irritations des muqueuses. Quoi de plus désagréable que d’avoir du sable partout. Quand vous voyez à quel point le sable assèche votre peau, alors imaginez le résultat pour vos parties intimes. Attention aussi aux petites bêtes microscopiques qui vivent sur la plage. Pour plus de confort (et d'hygiène), pensez donc à prendre une grande serviette ou un pareo. 

⇒ Dans l'eau, utilisez un préservatif (et du lubrifiant !)

Pour déjouer les inconvénients du sable, certains amoureux ont une idée : la mer. Mauvaise nouvelle, c’est pire. Le sexe dans l’eau n’est pas du tout du tout une bonne idée. A cause de son importante concentration en sel, l’eau de mer provoque des démangeaisons et des irritations. Les bactéries contenues dans l’eau, agressives pour les muqueuses génitales, favorisent l’apparition d’infection urinaire. Pas franchement sympa pour profiter de la fin de ses vacances.


Comme un problème n’arrive jamais seul, elles peuvent aussi causer des mycoses et des brûlures du vagin. Il est donc indispensable de bien se rincer à l’eau claire en sortant. De plus, l’eau salée réduit la lubrification naturelle. Elle augmente donc le risque de rupture du préservatif et, par là même, le risque de contracter une maladie sexuellement transmissible (MST). Les médecins conseillent de mettre et de retirer le préservatif hors de l’eau. Et aussi d'utiliser un gel lubrifiant. 


Pour ceux qui pensent que la piscine représente l'alternative idéale, ce n’est pas une bonne idée non plus. En détruisant la flore bactérienne naturelle du vagin, le chlore augmente le risque de souffrir de mycoses vaginales et irrite la vulve. Et si vous envisagiez de faire l’amour dans un lac ou une rivière, oubliez aussi cette idée. Dans ces cours d’eau pullulent également d’un grand nombre de bactéries

Le truc en plus

⇒ Trouvez un endroit isolé

Enfin, sachez que faire l’amour sur la plage est un délit. Il est même passible d’un an d'emprisonnement et d'une amende de 15.000 euros pour exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public. C’est l’article 222-32 du Code pénal qui le dit. Mieux vaut donc ne pas prendre le risque d’être surpris lors de vos ébats.


Retrouvez ici notre dossier consacré aux galères de l'été.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Galères de vacances

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter