Galères de vacances : que faire en cas de piqûre de moustique ? (et comment éviter de se faire piquer)

Santé
ÇA GRATTE – L’été est de retour avec son lot de petites bêtes indésirables. Parmi elles, le moustique et les boutons et démangeaisons qu’il provoque. Voici comment réagir en cas de piqûre, et des astuces pour les éviter.

C’est lorsque vous êtes allongés dans votre lit douillet, prêt à fermer l’œil et à récupérer d’une longue et belle journée riche en émotions que vous l’entendez : l’intrus bourdonne à votre oreille, s’éloigne et finit toujours par revenir. Votre sang est un met auquel le moustique ne résiste pas. Et il n’y a pas que dans votre chambre qu’il sévit - ou plutôt elle, car ce sont les femelles qui piquent pour nourrir leurs œufs. Les fortes chaleurs combinées à l’humidité (pluie, eau stagnante) favorisent leur prolifération.

La galère

Quand dame moustique pique, elle dépose par la même occasion un peu de sa salive sur votre peau. Ce puissant anticoagulant - qui l’aide à prélever du sang - peut également provoquer des démangeaisons plus ou moins intenses. Rassurez-vous, bien souvent, la piqûre est plus gênante que dangereuse. Seule exception : le moustique tigre ou Aedes, facilement reconnaissable grâce à ses rayures noires et blanches sur l’abdomen. Cet insecte, qui sévit aussi en journée, peut être le vecteur de virus comme Zika, la dengue, le chikungunya, le paludisme ou encore la fièvre jaune lorsqu’il pique une personne saine après une personne contaminée. Un cas qui reste exceptionnel en France.  

La solution

La première chose à faire après une piqûre ? Ne pas se gratter ! Plus facile à dire qu’à faire, certes, mais cela évitera d’infecter le petit bouton. Pour prévenir tout risque, il est d 'ailleurs conseillé de désinfecter la plaie avec un antiseptique local et d'appliquer ensuite une crème apaisante pour calmer les démangeaisons. 


Et si, en plus du bouton qui démange, vous vous sentez très fatigué, fiévreux, ressentez des douleurs musculaires et articulaires ou encore des maux de tête, n’hésitez pas à consulter un médecin.

Le truc en plus

Grand-mère a plus d’une astuce dans son sac. Le froid, par exemple, peut calmer les démangeaisons passagères. N’hésitez donc pas à appliquer quelques glaçons sur la zone concernée.  

Enfin, pour limiter la propagation des moustiques, pensez à éliminer les sources d’eaux stagnantes de votre jardin, telles que les soucoupes sous les pots de fleurs ou l’eau des gouttières. Les vêtements couvrant et les répulsifs seront des alliés de poids. Et les meilleurs, selon une enquête Que Choisir, sont à base de "DEET" à des concentrations de 25 et 30%, ou d’icaridine pour les répulsifs cutanés. En revanche, les bracelets anti-moustiques, les bougies à la citronnelle et l’huile essentielle au géranium seraient inefficaces.


Retrouvez ici notre dossier consacré aux galères de l'été.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Galères de vacances

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter