Gastro-entérite, bronchiolite... Les virus de l'hiver freinés par les gestes barrières ?

Gastro-entérite, bronchiolite... Les virus de l'hiver freinés par les gestes barrières ?

PRÉVENTION - La baisse des températures signent bien souvent le retour des maladies hivernales. Mais cette année, la gastro-entérite ou les bronchiolites circuleraient moins rapidement, selon Santé publique France. Une baisse des contaminations attribuée à nos changements de comportement.

Des ambulances à l'arrêt aux Urgences pédiatriques de l'hôpital Robert Debré à Paris, l'image a de quoi surprendre en ce début d'hiver, et contraste fortement avec l'année dernière. À la même époque, ce service était en effet saturé. Les cas de bronchiolite arrivaient par dizaines. Vingt-cinq enfants avaient même dû être transférés vers d'autres régions, tandis que l'épidémie touchait tout le territoire. Cette année, selon Santé publique France, aucun seuil d'alerte n'est dépassé. 

Pour la responsable des Urgences, c'est à n'en pas douter l'effet des gestes barrières. "On se lave les mains beaucoup plus, on porte des masques, il y a moins d'interactions sociales et quand les enfants sortent de la crèche, ils n'ont pas de bisous partout, tout de suite, et de tout le monde", explique Noëlla Lodé.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires

Même reflux pour la gastro-entérite

Même constat pour le pédiatre Jean Lalau-Keraly. En 30 ans de carrière, il n'avait jamais vu ça. Et la bronchiolite n'est pas la seule infection freinée par les gestes barrières. "Des pathologies de type otite, rhino-pharyngite qui donnent de la fièvre, une altération de l'état général, qui inquiètent les parents, et qui nécessitent des consultations souvent urgentes, ont diminué très nettement cette année", souligne-t-il.

Du côté de la gastro-entérite, qui concerne plutôt les adultes, elle était déjà virulente dès le mois de novembre l'année dernière. En ce début novembre, elle est, là-aussi, quasi inexistante sur l'ensemble du territoire. 

Pour le docteur Xavier Pothet, nos changements de comportement sont une nouvelle fois la seule explication à ce reflux. "La gastro-entérite est une infection manuportée, donc elle est portée par les mains. Or aujourd'hui on ne se serre plus les mains, on se met du gel, on met des masques qui évitent qu'on porte les mains à sa bouche, et du coup c'est autant de barrières très efficaces contre le virus de la gastro-entérite", analyse-t-il. Résultat, la salle d'attente de ce généraliste est vide à certains moments de la journée. Encore une image inédite à cette période de l'année.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre les 2 doses de vaccin à ARNm

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

Biden à la Maison Blanche : comment il a redécoré le Bureau ovale

Que sait-on de l'ivermectine dans le traitement du coronavirus ?

Lire et commenter