Glaucome : un dépistage encore insuffisant

Glaucome : un dépistage encore insuffisant

DirectLCI
VISION - Considéré comme l'une des premières causes cécité dans le monde, le glaucome est pourtant mal connu du grand public de part son caractère insidieux. Par conséquent, près de la moitié de malades ignore en être atteint en France.

Encore méconnu du public, malgré le nombre de cas. Le glaucome est une pathologie oculaire très fréquente qui affecte le nerf optique. Elle est le plus souvent due à une élévation de la pression interne de l'œil. "Plus d'un million de personnes sont concernées en France dont environ 600 000 sont traitées, tandis que 400 000 l'ignorent", relève le Pr Philippe Denis, président de la Société française du glaucome (SFG) qui organise une campagne de dépistage gratuite.

Or, si elle n'est pas détectée à temps, le glaucome peut conduire à la cécité totale." C'est une maladie insidieuse, progressive, indolore et pendant longtemps sans symptômes alors qu'elle peut être dévastatrice pour la vision", ajoute le Pr Denis. Cette affection est la seconde cause de cécité en France, après la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Sa forme la plus fréquente s'appelle le glaucome chronique à angle ouvert, responsable de 10 % des cécités observées en France.

L'hérédité, principal facteur

Pour le faire dépister, le seul moyen est de rendre chez un ophtalmologue qui mesurera la pression intra-oculaire avec un tonomètre à air pulsé. Un dépistage systématique est recommandé à partir de 40 ans, notamment dans les familles à risque. "Environ 30 % des glaucomes ont un caractère héréditaire. Par ailleurs, l’augmentation de l’âge, une très forte myopie, une hypertension, un diabète, une apnée peuvent accroître le risque", précise l'Institut national de la recherche médical ( Inserm ).

Un contrôle régulier est d'autant plus important qu'une "pression trop élevée n'est pas pour autant synonyme de glaucome car on peut en développer un sans présenter de tension intra-oculaire élevée", précise le Pr Denis. Une fois le diagnostic posé, le traitement consiste principalement à faire baisser cette tension intra-oculaire et à stabiliser ainsi le glaucome, à l'aide notamment de collyres. En cas d'échec ou de collyre mal toléré, les médecins peuvent proposer de la chirurgie ou du laser.

À ce jour, il est impossible d'obtenir la guérison de la maladie, "mais une stabilisation qui nécessite une prise en charge à vie du patient", précise l'Organisation pour la Prévention de la Cécité ( OPC ). De même qu'il n'existe aucun moyen de restaurer la vision quand le nerf optique est touché", précise l'Inserm. Mais avec un dépistage précoce, il est tout à fait possible de vivre avec un glaucome au quotidien. La conduite et le sport sont possibles, tout comme le travail sur ordinateur à condition de limiter le temps passé dessus.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter