Glyphosate dans les aliments : de quels dangers pour la santé l'herbicide est-il soupçonné ?

DirectLCI
INQUIÉTUDES - Alors que la France a tente d'obtenir de Bruxelles l'interdiction du glyphosate, herbicide considéré comme cancérogène "probable", cette susbtance a notamment été retrouvée dans des céréales pour le petit-déjeuner. Plusieurs études pointent la dangerosité pour la santé de cette molécule présente notamment dans le Roundup de Monsanto.

Des résidus de glyphosate, substance classée "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer ont été retrouvés dans des céréales pour petit-déjeuner, des légumineuses et des pâtes, a indiqué jeudi 14 septembre 2017 l'ONG Générations Futures qui a fait analyser une trentaine d'échantillons. Pour François Veillerette, porte-parole et directeur de Générations Futures, ces résultats montrent qu'il y a "urgence pour l'Union européenne à renoncer à l'usage de cette molécule (...) et à faire évoluer en profondeur son modèle agricole devenu trop dépendant des pesticides de synthèse". 


En janvier 2016, Ségolène Royal, alors ministre de l'Écologie, avait tenté d'interdire la commercialisation du Roundup (produit par compagnie américaine Monsanto), dont la molécule de base est le glyphosate. En vain, puisque l'Union européenne a finalement renouvelé l'autorisation de mise sur le marché pour une période de 18 mois, alors que cette dernière expirait en juin 2016. La découverte de traces de cet herbicide dans l'alimentation relance donc ce débat. L'occasion pour LCI de faire le point sur la dangeurosité pour l'Homme du glyphosate.

Un cancérogène "probable"

En mars 2015, le Roundup a été classé comme cancérogène "probable chez l'homme" par l'Agence du cancer de l'Organisation mondiale de la santé (IARC). En cause : un herbicide, le glyphosate, son composant principal. Même si les "preuves sont limitées", les risques liés à la présence de cet herbicide sont importants, précisait ainsi dans son rapport l'IARC. A noter, tout de même, que la classification comme cancérogène "probable" n'a aucun caractère contraignant pour les gouvernements.

Pour le Dr Laurent Chevallier, attaché au CHU de Montpellier, chef de l’unité de nutrition, médecine environnementale en clinique et auteur du livre Antitoxique (aux éditions Fayard), les dangers de ce désherbant sont bien réels, notamment pour les professionnels. Quand nous l'avion interrogé au moment de la sortie de Ségolène Royal pour interdire le Roundup, le médecin craignait d'ailleurs "un effet d'annonce". "Le risque de cancer pourrait concerner les personnes les plus exposées, les agriculteurs, les jardiniers et toutes les personnes qui travaillent dans les chaînes production", affirmait le médecin, spécialiste en médecine environnementale.

Le glyphosate est toxique

Des études, parues en 2015 dans très sérieuse revue scientifique The Lancet, ont d'ailleurs montré l'incidence du glyphosate sur la santé. Ces dernières pointent du doigt qu'il pourrait être à l'origine de lymphomes (cancer du sang), ainsi que son impact négatif sur les organes de détoxification de l'organisme, le foie et les reins, ainsi qu'au niveau du système hormonal, même à très faible dose. Le hic ? Le glyphosate n'est pas présent uniquement dans le Roundup. "Ce composant se trouve aujourd'hui dans de nombreux de produits désherbants", assure le Dr Laurent Chevallier.

Concernant les 13 millions de jardiniers du dimanche que compte l'Hexagone, "le risque est limité, notait encore le Dr Laurent Chevallier. "Aucune étude sur le sujet n'a prouvé sa toxicité sur la santé en cas d'une utilisation ponctuelle en respectant les consignes présentes sur l’emballage", nous expliquait-il. Avant de prévenir : "Il faut se méfier de tous les produits chimiques qui tuent le vivant car ils ont forcément un certain impact sur notre santé en fonction du degré et du moment d’exposition". Une prudence encore plus de rigueur, au moment où des traces de glyphosate ont été donc découvertes dans des produits alimentaires.

Plus d'articles

Sur le même sujet