Glyphosate : pas d'accord européen pour un renouvellement de 5 ans, Hulot "fier" que la France ait "tenu bon"

SANTÉ - Les États membres de l'Union européenne n'ont pas trouvé d'accord sur un renouvellement de la licence du glyphosate, un herbicide considéré par certains scientifiques comme cancérogène. La Commission européenne proposait 5 ans, mais la France et d'autres pays en souhaitaient 3. Nicolas Hulot se dit "fier" que la France ait "tenu bon".

Sans surprise, les pays européens n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur la durée du renouvellement de la licence du glyphostate, un herbicide controversé notamment utilisé dans le Roundup, alors que cette licence prend fin le 15 décembre. La Commission européenne, qui proposait un renouvellement de 5 ans, n'a pas réuni la majorité qualifiée requise.


La nouvelle proposition de réautorisation faite par la Commission européenne, pour une période deux fois plus courte qu'elle ne le souhaitait initialement, n'a pas convaincu les pays les plus réticents, comme la France. Pour être adoptée, la proposition devait être approuvée par une majorité qualifiée représentant 55% des pays de l'Union européenne, et au moins 65% de la population. L'exécutif européen a indiqué qu'il allait désormais soumettre sa proposition à un "comité d'appel", qui se réunira fin novembre.


"La France, ce matin, j'en suis fier, a maintenu sa position sur trois ans" a réagi Nicolas Hulot à la mi-journée. Le ministre de la Transition écologique a défendu un renouvellement de 3 ans au sein du gouvernement et cherche désormais de nouveau alliés européen dans ce dossier. "On était parti pour réautoriser dix ans, la France tient bon sur trois ans", s'est-il réjoui, tout en estimant qu'il est "normal que le passage de dix ans à trois ans ne se fasse pas de manière si fluide".

La France pour un renouvellement de 3 ans, et les autres pays ?

La France, par la voix du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, avait annoncé qu'elle voterait contre une autorisation de 5 ans et défendrait un renouvellement pour 3 ans. Le ministre s'est dit "fier" que Paris ait "tenu bon". 

Outre la France, les pays qui ont voté contre ce renouvellement de 5 ans sont les suivants : Italie, Belgique, Luxembourg, Autriche, Grèce, Croatie, Chypre, Malte.


Les pays qui ont voté pour ce renouvellement de 5 ans : République Tchèque, Danemark, Estonie, Irlande, Espagne, Lettonie, Lituanie, Hongrie, Pays-Bas, Suède, Slovaquie, Finlande, Royaume-Uni, Slovénie.


Les pays qui se sont abstenus : Allemagne, Bulgarie, Pologne, Portugal, Roumanie. 

En vidéo

VIDÉO - Lobbying de Monsanto, caractère nocif de l’herbicide… que reproche-t-on au glyphosate ?

Et maintenant, que va-t-il se passer ?

Si le comité d'appel, qui doit à nouveau se prononcer sur la proposition de renouvellement de 5 ans, ne débouche toujours pas sur une décision majoritaire des Etats membres, la décision finale reviendra alors à la Commission. Mais le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis a rejeté à plusieurs reprises l'idée d'assumer seul la responsabilité d'une décision de renouvellement, assurant qu'elle devait être "partagée" avec les Etats membres.


Si la Commission venait à ne pas se prononcer sur un renouvellement du glyphosate, après l'expiration de la licence, le 15 décembre 2017, la législation européenne prévoit un "délai de grâce" qui permettrait d'étendre l'utilisation de l'herbicide pendant 18 mois, précise Le Monde

En vidéo

VIDÉO - Glyphosate : les agriculteurs peuvent-ils s'en passer ?

Comme le précise également le quotidien, il est possible pour chaque pays d'interdire sur son territoire une formulation commerciales à base de glyphosate, "car la décision européenne ne porte que sur les ingrédients actifs et non sur les produits qui sont in fine mis sur le marchés", comme le Roundup.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le scandale du glyphosate

Plus d'articles

Sur le même sujet