Grâce à des chercheurs japonais, c'est (bientôt) la fin de la calvitie !

Grâce à des chercheurs japonais, c'est (bientôt) la fin de la calvitie !

SANTÉ - Terminé le crane lisse et glabre. Une équipe de scientifiques japonais est en train de mettre au point une nouvelle méthode pour faire pousser les cheveux.

A quoi ressembleraient Vin Diesel, Jason Statham ou Bruce Willis avec une chevelure foisonnante ? La fin des cranes chauves a peut-être sonné. Des chercheurs japonais ont annoncé avoir développé une méthode de culture très rapide de follicules capillaires qui pourrait permettre à terme, selon eux, de dire adieu à la calvitie ou de remédier aux pertes de cheveux dues à la chimiothérapie ou à certaines maladies.

Leur étude utilise deux types de cellules placées dans des petits récipients de silicone afin de cultiver des "germes de follicules pileux", source des petites cavités où naît et est nourri le cheveu.

Dirigée par le professeur Junji Fukuda de l'Université nationale de Yokohama, l'équipe nippone est parvenue à cultiver 5.000 de ces "germes" en quelques jours. Cette méthode est présentée comme un grand pas par rapport aux laborieuses techniques existantes qui parviennent à créer juste une cinquantaine de ces "germes" à la fois.

Faudra encore patienter.. dix ans

Les tests sur des humains ne sont pas envisagés avant cinq ans mais les chercheurs sont convaincus que cette technique pourrait être utilisée pour reconstituer d'abondantes mèches. Elle pourrait également venir en aide aux personnes atteintes de cancers et suivant une chimiothérapie ou souffrant de maladies provoquant une perte de cheveux, a déclaré M. Fukuda, dont les travaux ont été publiés dans la revue Biomaterials.

Lire aussi

"Les cliniques spécialisées utilisent souvent des cheveux de la nuque pour les planter sur les zones frontales dégarnies. Le problème c'est que cela n'accroît pas le volume total de cheveux", a expliqué M. Fukuda. Les traitements médicamenteux existants peuvent ralentir la chute des cheveux mais ne parviennent pas forcément à inverser le processus, a-t-il souligné. 

Un nouveau traitement faisant usage de cette technique pourrait être disponible dans 10 ans, a estimé le professeur.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Variant Omicron : le Japon ferme ses frontières, réunion d'urgence des ministres du G7 à Londres

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.