Une surmortalité de 11.400 personnes constatée depuis le début de l’épidémie de grippe

Une surmortalité de 11.400 personnes constatée depuis le début de l’épidémie de grippe
Santé
VIRUS - Santé publique France a indiqué ce mercredi que la surmortalité était évaluée à 11.400 décès, toutes causes confondues, depuis le début de l’épidémie de grippe, il y a six semaines. L’agence sanitaire a également estimé que l’activité grippale connaissait un ralentissement.

Le bilan continue de s’alourdir. Santé publique France a estimé ce mercredi dans son bulletin hebdomadaire que l’excès de mortalité toutes causes confondues depuis le début de l’épidémie de grippe s’élevait à 11.400 décès. Cette surmortalité a été constatée sur le mois de décembre et les deux premières semaines de janvier 2017.


"La part de la mortalité due à la grippe ne peut pas être estimée actuellement", a noté l’agence sanitaire, en précisant que la quasi-totalité des victimes étaient des personnes de 65 ans ou plus. Si cette surmortalité semble marquer le pas pour la troisième semaine de janvier, Santé publique France estime que le nombre de décès reste supérieur à la normal d’au moins 17%.  

Cette situation n’est pas une première. L’hiver 2015 avait déjà été marqué par une surmortalité de 18 300 personnes au total, dont les trois-quarts pourraient être dus à la grippe, causée plusieurs virus de type A. Cette saison, le virus H3N2, également de type A, s’avère particulièrement virulent chez les plus âgés. Le H3N2 "est un virus particulièrement dangereux pour les sujets fragiles. Dès qu'il a été identifié, nous avons su que l'impact serait fort" sur les personnes âgées, nous avait affirmé il y a deux semaines l’épidémiologiste Daniel Levy-Bruhl.

En vidéo

Epidémie de grippe : les recommandations d'un médecin urgentiste

"Chaque année, il y a des victimes de la grippe. Le bilan (...) cette année sera probablement lourd, puisque le nombre de personnes malades est particulièrement important", avait également prévenu la ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 11 janvier dernier. 


Dans son bulletin, Santé publique France a également souligné que le passage du pic national de l’épidémie de grippe était "imminent" et qu’un ralentissement de l’activité grippale avait été constaté. Le nombre de cas continue depuis trois semaines de diminuer en Auvergne-Rhône-Alpes et la semaine dernière, il a également baissé dans 4 régions : Bourgogne-Franche-Comté, Provence Alpes-Côte d’Azur, Ile-de-France et Centre-Val-de-Loire. En sept semaines d’épidémie, 1 603 000 personnes auraient consulté un médecin généraliste pour syndromes grippaux, selon le réseau Sentinelles-Inserm.

En vidéo

JT 13H – Grippe : les médecins de campagne à pied d’œuvre

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’épidémie de grippe saisonnière

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter