Grippe aviaire : le Lot-et-Garonne s'ajoute à la liste des départements touchés

DirectLCI
VIRUS - Un foyer de grippe aviaire a été confirmé samedi dans le Lot-et-Garonne. Il vient s'ajouter à la listes des départements déjà touchés que sont le Tarn, le Gers et les Hautes-Pyrénées.

C'est une course contre la montre qui se déroule dans le Sud-Ouest de la France. Alors que plusieurs foyers de contamination par la grippe aviaire ont été détectés dans le Tarn, le Gers et les Hautes-Pyrénées, c'est désormais au tour du Lot-et-Garonne d'être touché. 


Un nouveau foyer a été mis au jour par le laboratoire départemental de première intention dans un élevage de Monbahus, a indiqué Loïc Evain, le directeur général adjoint de l'Alimentation au ministère de l'Agriculture précisant que les résultats définitifs du laboratoire national seront transmis dimanche. Plus de 2 000 canards provenant de cette salle de gavage ont déjà été abattus la veille afin d'éviter toute propagation du virus. 


La préfecture du Lot-et-Garonne a indiqué les mesures de sécurité à respecter sur les 24 communes placées en zone de protection et de surveillance. 

Trois départements déjà en alerte

L'épizootie (épidémie qui frappe les animaux, ndlr) a d'abord été détectée vendredi dans deux élevages du Tarn. Un troisième établissement pourrait lui aussi être contaminé. Des cas de grippe aviaire ont également été identifiés dans les départements du Gers et des Haute-Pyrénées donnant lieu à un abattage préventif de quelque 7 000 canards. Une vaste campagne d'abattage se poursuivait samedi dans les trois élevages du Gers.


Par ailleurs, un périmètre de dix kilomètres bloquant tous les mouvements de volailles a été mis en place sur les zones affectés par le virus, a affirmé Loïc Evain. "Nous appelons les éleveurs et professionnels à signaler tout signe ou symptôme leur paraissant anormal dans leur élevage car il faut que nous soyons très vigilants et réactifs", a t-il exhorté.

Les préfectures des départements touchés sont confiantes d'éradiquer le virus sous huit jours, objectif fixé par le ministère de l'Agriculture. Elles fondent leurs espoirs sur le fait que les animaux tarnais contaminés qui ont été livrés dans les autres départements étaient des canards "prêts à gaver", qui donc sont enfermés et ne courent pas. 


Ce virus ne présente aucun danger pour l'homme et les canards restent consommables mais cette épizootie est un nouveau coup dur pour la filière, qui n'est toujours pas sortie de la suspension de l'élevage au printemps dernier. Ces cas de grippe aviaire repoussent en effet de trois mois la reprise des exportations en dehors de l'Union européenne. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter