Hôpitaux, Ehpad : Jean Castex débloque ce mardi les premiers investissements du Ségur de la Santé

Hôpitaux, Ehpad : Jean Castex débloque ce mardi les premiers investissements du Ségur de la Santé

REVALORISER LA SANTÉ - Aux côtés d'Olivier Véran, le Premier ministre présente ce mardi les premiers investissements pour les Ehpad et les hôpitaux conclus par la signature des accords du Ségur de la santé cet été.

Sept mois après la signature des accords du Ségur de la santé, Jean Castex débloque les premiers investissements à destination des hôpitaux et des Ehpad. Ces mesures font partie de l'enveloppe de 19 milliards d’euros d’investissement dans le système de santé pour améliorer la prise en charge des patients et le quotidien des soignants, annoncée le 21 juillet 2020 par Olivier Véran.

En déplacement dans le département de la Nièvre, le Premier ministre est attendu à Cosne-Cours-sur-Loire pour la deuxième étape des accords de Ségur. Cette ville d'environ 10.000 habitants doit bénéficier d'environ 45 millions d'euros pour rénover son centre hospitalier vétuste, mais aussi un Ehpad et construire une maison de santé. 

Accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran, Jean Castex entend mettre un coup d'accélérateur, à la fois pour donner des gages à un système toujours sous forte tension en raison de l'épidémie de coronavirus, mais aussi pour saisir l'opportunité du plan de relance et ses subsides venant de l'Union européenne qui abondent ces investissements à hauteur de 6 milliards.

3,3 milliards d'euros en 2021

Le Premier ministre dévoilera donc plusieurs enveloppes, précisent ses services. L'une de 650 millions d'euros, déléguée aux Agences régionales de santé (ARS) "est en cours d'allocation" : Jean Castex "exposera la manière dont elle est répartie et les projets qui voient le jour grâce à elle", indique Matignon. Il annoncera également le déblocage de 450 millions d'euros pour les Ehpad, mais aussi le financement de projet, "pour la plupart hospitalier", comme à Cosne-sur-Loire, ou encore à Caen (500 millions d'euros).

Au total, 3,3 milliards d'euros doivent être injectés en 2021 et 3,2 milliards pour 2022, précise le ministère de la Santé où l'on vante des "montants sans commune mesure" par rapport aux précédents plans. Pour rappel, l'enveloppe de 19 milliards d'euros regroupe à la fois de la reprise de dette hospitalière (13 milliards) et des investissements pour des projets dits  prioritaires (2,5 milliards), la transition numérique (2 milliards) ou les Ehpad (1,5 milliards).

Lire aussi

Le gouvernement vante également son "changement de méthode", par une "déconcentration" accrue de la décision pour tous les projets dont le montant est inférieur à 150 millions d'euros. Charge aux ARS d'élaborer avant la fin de l'année "une stratégie" et de "sélectionner les projets qu'elles considèrent comme prioritaires et devant faire l'objet d'un soutien budgétaire", précise le ministère de la Santé.

De même, un "conseil scientifique" sera mis sur pied, comprenant "des professionnels de terrain", à savoir "des médecins, soignants, des ingénieurs, des financiers, des directeurs". Il sera présidé par François-René Pruvot, le président de la commission médicale d'établissement du CHU de Lille et devra apporter "son regard au fil de l'eau sur les projets".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EN DIRECT - Covid-19 : Castex suspend "jusqu'à nouvel ordre" les vols entre le Brésil et la France

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

"Sofagate" : la mise en garde d'Ursula von der Leyen à Charles Michel

Lire et commenter