Hospitalisations : les chiffres de Santé Publique France diffèrent de ceux des hôpitaux, pourquoi ?

Les hôpitaux ne se penchent pas sur les mêmes données que Santé Publique France.

COMPTABILISATIONS - Des écarts entre les chiffres des hospitalisations fournis par Santé Publique France et les données des hôpitaux ont été mis en avant ces derniers jours. Rien d'anormal souligne l'agence, puisqu'ils ne portent pas sur des éléments comparables.

Tout est parti d'un article de Nice-Matin, publié "après avoir reçu des courriers de médecins hospitaliers s’étonnant des discordances entre les informations diffusées" dans les médias au sujet des hospitalisations "et les observations de terrain". Le quotidien a constaté qu'en effet, les données fournies par Santé Publique France et les hôpitaux peuvent varier dans des proportions étonnantes. Il met en avant une "différence d’un facteur 2,5".

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Cette publication a suscité des réactions, notamment celle de l'ancienne députée du RN, Marion Maréchal Le Pen. Celle-ci évoque un "article incroyable", source d'interrogations majeures. Elle suppose par ailleurs que le constat réalisé par Nice-Matin dans les Alpes-Maritimes s'observe un peu partout ailleurs à travers la France. 

Des chiffres qui comparent des éléments différents

Disposer de chiffres fiables est essentiel. En effet, ce sont eux qui contribuent en grande partie à la modulation des mesures sanitaires, et qui peuvent conditionner des décisions politiques de grande ampleur telles que le confinement ou l'ouverture des commerces. LCI a donc contacté Santé Publique France afin de comprendre les écarts ici mis en lumière. 

"Les données de CHU de Nice rapportées par Nice Matin correspondent au nombre d’hospitalisations conventionnelles et en réanimation alors que l’indicateur produit quotidiennement par Santé publique France rapporte le nombre total de personnes hospitalisées pour cause de Covid et inclut donc les patients en réanimation, en soins intensifs, en soins de suite et de réadaptation (SSR), et en unité de surveillance continue", explique l'agence. Dès lors, il ne s’agit "pas d’une erreur de chiffre mais d’indicateurs qui ne représentent pas le même périmètre". 

Lire aussi

Il n'est pas surprenant que les chiffres de Santé publique France soient plus élevés, car ils incluent les personnes atteintes du virus mais qui poursuivent leur rétablissement, dans des maisons de repos notamment. Autant de patients qui ne sont pas intégrés aux décomptes des hôpitaux. Autre hypothèse pour expliquer les variations des chiffres et avancée par France 3 qui a contacté Santé publique France : seuls les malades entrant à l'hôpital pour Covid sont comptabilisés mais s'ils entrent pour une autre pathologie et que le Covid est détecté par la suite, l'hospitalisation n'est pas répertoriée comme cas Covid.     

Un spécialiste en santé publique a toutefois souligné auprès de Nice-Matin que "les malades de la Covid-19 qui quittent l’hôpital après un séjour en réanimation ou dans un autre service ne sont pas toujours sortis des bases", laissant entendre que la comptabilisation pourrait être faussée. Un constat qui aurait, dixit le quotidien, été à l'origine d'une note interne envoyée par le Directeur général de la santé. Dans ce document, que Nice-Matin précise avoir pu consulter, Jérôme Salomon demande "à l’ensemble des établissements de santé d’effectuer la vérification et la mise à jour de l’ensemble des fiches des patients présents dans l’événement 'Covid-19- suivi des hospitalisations en cours' de la base SI-VIC pour le jeudi 21 janvier 2021, avec une attention toute particulière pour les fiches dont la durée d’hospitalisation dépasse 50 jours." Sollicité par LCI, Santé Publique France ne s'est pas exprimé sur ce point précis.

En résumé, Il est donc possible que certains patients aient été comptabilisés à tort par Santé Publique France parmi les hospitalisations liées au Covid-19, mais rien d'anormal n'est à signaler en ce qui concerne les écarts de relevés comparés avec ceux des hôpitaux. Il s'agit en effet de périmètres différents pris en compte, ce qui revient à comparer l'incomparable. Pour se faire une idée de la situation, France 3 conseille à dessein de se fier "à un même indicateur sur une longue période ce qui donnera une idée des tendances".

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

Lire et commenter