Huiles essentielles : 3 conseils pour les utiliser sans danger

Huiles essentielles : 3 conseils pour les utiliser sans danger

Santé
DirectLCI
DANGER – Les huiles essentielles contiennent des composés toxiques. Et, mal utilisées, elles peuvent conduire à l'hôpital. Voici comment éviter les brûlures, intoxications et autres accidents.

"Tout ce qui est naturel n'est pas forcément bon pour la santé. On trouve dans la nature les pires des poisons", souligne auprès de metronews le docteur Serge Michalet, co-responsable du diplôme Plantes médicinales, phytothérapie et aromathérapie à la faculté de pharmacie de Lyon. Si les huiles essentielles ont des vertus thérapeutiques, elles doivent être utilisées avec précaution.

En effet, ce sont des produits très concentrés. "Pour certaines, il faut distiller une tonne de plante avant d'obtenir un litre. C'est-à-dire que, dans un millilitre, on a un kilo de plantes", insiste le docteur Michalet. Or certaines plantes contiennent des produits toxiques qui se retrouvent donc dans les huiles essentielles. D'où des contre-indications. Par exemple, la diffusion d'huiles essentielles dans une pièce est à éviter si vous êtes asthmatique. Et ne vous exposez pas au soleil après vous être appliqué quelques gouttes d'essence d'agrume sur la peau (pamplemousse, orange amère, bergamote...) : elles sont photosensibilisantes, et vous vous retrouveriez avec des taches.

EN SAVOIR + >> Idée reçue : "les huiles essentielles assainissent l'air"

Vérifier le nom et la composition de votre huile essentielle

Déjà, n'achetez une huile essentielle que si le flacon précise son nom complet, en latin. L'objectif : savoir que vous avez bien affaire à la bonne plante et ne pas se tromper d'indication thérapeutique. "La dénomination précise est très importante, parce que, derrière une même espèce, les huiles essentielles peuvent être chimiquement différentes", précise le spécialiste.

Ces variations dépendent par exemple de l'altitude ou de l'humidité du lieu où pousse la plante. Il ne faudrait ainsi pas confondre les huiles essentielles d' eucalyptus globuleux (ou globulus), utilisée pour soigner la toux ou la bronchite, et celle d' eucalyptus citronné (en latin, citriodora), aux vertus anti-inflammatoires. Tout comme il ne faudrait pas se tromper entre le ravintsara, anti-infectieux et antiseptique, et le ravensare, qui est anti-inflammatoire.

L'autre information à vérifier avant achat, c'est que l'huile soit "100% naturelle, 100% pure et 100% intégrale", ajoute Serge Michalet. Cela permet d'être sûr que le flacon ne contient pas d'autres substances et que la distillation n'a pas été arrêtée en cours et que l'huile essentielle renferme tous les composés, même les moins volatiles, qu'elle est censée détenir. Il existe plusieurs labels pour s'en assurer, comme le HEBBD (pour huile essentielle botaniquement et biochimiquement définie).

Ne pas l'utiliser pure et respecter la posologie

Une fois votre flacon en poche, reste à utiliser son contenu à bon escient, et en respectant la posologie. Si bien sûr "cela dépend du type de flaconnage, les gouttes n'ayant pas le même poids, et de la voie d'utilisation, orale ou cutanée", il est tout de même possible de donner des conseils généraux :

Combien de gouttes ?
Par précaution, pour limiter les risques d'irritation, n'appliquez pas d'huile essentielle pure sur la peau. Diluez-les avec une huile végétale pour tout massage ou friction. Par voie orale, ne dépassez pas la dose de deux gouttes trois fois par jour. N'utilisez jamais l'huile essentielle d'écorce de cannelle, de clou de girofle, de thym, de sarriette ou d'origan pure. Toutes ces huiles sont caustiques, c'est-à-dire qu'elles provoquent des brûlures sur les muqueuses et la peau. Elles sont donc à "diluer sur un sucre, du miel ou un bout de pain".

Pour qui ?
Les huiles essentielles sont à proscrire par voie orale chez les enfants de moins de 6 ans. Et, par voie cutanée, diluées donc, elles ne doivent pas être utilisées chez le bébé de moins de 3 ans. Les huiles contenant des cétones peuvent quant à elles provoquer des convulsions. C'est le cas de l'huile de thuya, d'absinthe et de menthe poivrée. Elles sont donc contre-indiquées, quelle que soit la voie d'utilisation, chez les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes ou allaitantes.

Rangez-les bien, à l'abri de la lumière, des enfants et d'autres flacons

Maintenant que vous savez comment utiliser vos gouttes d'huile essentielle, faites attention où vous ranger vos flacons. Pour que vos enfants ne puissent pas y accéder. "Ne laissez pas traîner ces produits sous prétexte qu'ils sont naturels. Ils peuvent être à l'origine d'accidents domestiques", alerte le docteur Michalet.

Conservez-les à l'abri de la lumière et préférez les flacons en verre teinté, pour éviter que les composés se transforment au fil du temps. Et ne les rangez pas au côté d'autres produits, pour éviter de vous tromper de flacon. Serge Michalet rapporte ainsi le cas d'un personne qui a confondu le flacon avec celui de gouttes pour les yeux et s'est brûlée la cornée. "Ce ne sont pas des produits anodins", ponctue-t-il.

EN SAVOIR + >> Tous les conseils santé de metronews

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter