Idée reçue n°1 : couper vos cheveux à la pleine lune les rend-il plus beaux ?

Santé
IDÉE REÇUE – Ce 1er novembre, vous verrez dans le ciel le premier quartier de lune. Un bon moment pour se couper les cheveux ? Faut-il attendre la pleine lune ? Tandis que l'astre lunaire prend la forme d'un D comme désintox, metronews fait le point sur cette légende urbaine.

Vous pensiez attendre la pleine lune pour vous refaire une coupe et redonner du tonus à vos cheveux ? N'attendez plus. "Dire que la Lune influe sur la pousse des cheveux, c'est n'importe quoi", souligne à metronews le dermatologue Philippe Assouly.

Les cheveux tombent plus à l'automne

En revanche, le cycle pilaire suit quelque peu celui des saisons. Les cheveux ont d'abord une phase de croissance, dite anagène, puis de repos, que l'on appelle catagène, et enfin de chute, répondant au nom de télogène. Lorsque l'on procède à un trichogramme , c'est-à-dire si l'on arrache d'un coup sec une petite touffe de cheveux, on peut voir que 80 à 85% des cheveux sont en phase anagène, moins d'1% en phase catagène et 15 à 20% en phase télogène.

Or, à l'automne, le taux de télogènes augmente, parce qu'en juillet celui d'anagène diminue. "Physiologiquement, cette chute des cheveux à cette période est un rappel archaïque de notre vie de mammifère poilu, où le renouvellement de la pilosité est rythmé par les saisons." Retenez donc qu'il n'y a rien d'inquiétant à ce que vos cheveux tombent en même temps que les feuilles des arbres.

La pilule joue sur le cycle pilaire

D'autres facteurs peuvent venir perturber le cycle pilaire. C'est le cas des hormones chez la femme : "Une femme enceinte baigne dans les oestrogènes. Pendant la grossesse, les cheveux poussent beaucoup. Mais après l'accouchement, il y aura plus de télogènes", indique le dermatologue.

La pilule va donc influer sur la pilosité crânienne : avec une pilule très dosée en œstrogènes, il y aura plus d'anagènes ; en revanche, une pilule ou un DIU ( dispositif intra-utérin , plus connu sous le nom de stérilet) à la progestérone fera davantage tomber les cheveux. Même pas besoin de s'arracher les cheveux face au scandale autour de la pilule de troisième génération !

Le lisseur traumatise le cheveu

Que faire alors pour avoir une belle chevelure si l'on est soumis au rythme des saisons et des hormones ? Pas utiliser des shampoings gainants, puisque "le cheveu est une structure morte". On ne va pas l'améliorer avec des soins.

En revanche, on peut éviter de le fragiliser davantage, en utilisant des shampoings doux et en évitant les "traumatismes" causés par les lisseurs et brushings, surtout si l'on a les cheveux fragiles et secs. Les "écailles" qui sont à l'extérieur du cheveu et la "moelle" qui en constitue l'intérieur vont être abîmées par la chaleur. Résultat : "L'aspect est moins brillant, fourchu, le cheveu est rêche."

Une vie saine pour de beaux cheveux

Inutile aussi de se tourner vers les compléments alimentaires, ce sont autant d'attrape-nigauds. Ce qu'il faut, c'est "une vie saine", résume le docteur Assouly. Tout joue sur le cheveu. Une carence en fer ou un problème thyroïdien non traités fragilisent ainsi le cheveu de manière constante.

Des problèmes de santé plus brutaux et/ou éphémères, comme une perte de sang, une intoxication alimentaire, une diarrhée, vont provoquer une sorte de "striction dans la fabrication du cheveu, comme s'il y avait eu un anneau resserré, donc la tige pilaire sera abîmée à cet endroit-là". Sachant que les cheveux poussent d'un centimètre tous les mois, ce traumatisme se verra douze centimètres plus bas un an après, vingt-quatre deux ans après... Un programme un peu plus compliqué que de sortir les ciseaux à la pleine lune.

EN SAVOIR +
>>
Idée reçue n°2 : se faire craquer les doigts donne-t-il de l'arthrose ?
>>
Retrouvez toutes nos idées reçues

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter