Idée reçue n°5 : peut-on s'asseoir dans les toilettes publiques ?

Idée reçue n°5 : peut-on s'asseoir dans les toilettes publiques ?

Santé
DirectLCI
DÉSINTOX – Vous n'osez vous asseoir dans les toilettes publiques par crainte des microbes. Mais risquez-vous réellement d'attraper une infection cutanée par le biais de la lunette des toilettes ?

En équilibre, après avoir tapissé la lunette de papier toilette ou utilisé un couvre-siège mais jamais, au grand jamais, assis. Pas question que votre postérieur s'approche de cette cuvette où tant d'autres personnes ont fait leurs besoins. Vous craignez d'attraper quelque chose de pas net, un furoncle par exemple. Sauf que le siège des toilettes n'est pas l'endroit privilégié où trône le staphylocoque doré , cette bactérie responsable de nombreuses affections cutanées.

Certes, la bactérie Staphylococcus aureus est notamment à l'origine d'infections produisant du pus au niveau cutané ( furoncle , panaris et autres abcès). Et elle est capable de rester vivante au moins plusieurs heures sur une surface inerte. Mais "il y a très peu de probabilités d'être contaminé en s'asseyant sur la cuvette des toilettes", précise à metronews Frédéric Laurent, co-directeur du Centre national de référence des staphylocoques .

Abcès qui se rompt

Pour que le staphylocoque doré passe d'un individu à un autre par le siège des toilettes, il faudrait qu'"une personne avec un gros furoncle derrière la cuisse s'asseye sur les toilettes et qu'à ce moment l'abcès, ouvert sur l'extérieur, se rompe et libère du pus". Peu probable. D'autant que, "chez l'homme, le réservoir central du staphylocoque doré se trouve au niveau du nez".

Vous risquez donc davantage à serrer la main de quelqu'un (sachant que 20 à 30% de la population générale est porteuse de staphylocoque doré) ou à toucher la barre du bus ou du métro qu'à vous asseoir sur les toilettes. Car "il suffit qu'un individu porteur se touche le nez, sans forcément se mettre les doigts dans le nez, pour qu'il y ait des bactéries sur la flore cutanée de sa main". N'oubliez donc pas de vous les laver après avoir pris les transports en commun et avant de manger. Cela vous protègera aussi du virus de la grippe.

EN SAVOIR + >> 3 conseils pour avoir les mains propres (et rester en bonne santé)

Porteurs non malades

Toutefois, ne devenez pas obsessionnel. Déjà, il existe des personnes porteuses, "colonisées par la bactérie", qui ne sont pas pour autant malades. Et même lorsque le processus pathogène se déclenche, que la bactérie commence à se multiplier, votre système immunitaire peut prendre le dessus et l'éliminer avant que se développe une infection.

En outre, il faut qu'il y ait "tout un ensemble de facteurs pour que la transmission se fasse", précise le spécialiste des staphylocoques. Des études ont montré que toutes les personnes n'étaient pas infectées par l'ensemble des souches de staphylocoques existant. Le risque n'est donc pas complètement nul, mais le véritable réflexe à prendre dans les toilettes publiques est de rabattre le couvercle en tirant la chasse. Cela vous évitera d'ingérer des microparticules fécales et le virus de la gastro avec.

EN SAVOIR +
>> 3 conseils pour éviter d'attraper la gastro-entérite
>> Toutes vos idées reçues décryptées par
metronews

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter