Infarctus : 3 conseils santé pour prendre soin de votre coeur

Santé
DirectLCI
CARDIAQUE – Pour tester votre risque cardiovasculaire, il y a mieux que prendre son pouls. Posez-vous d'abord des questions sur votre hygiène de vie. Et suivez nos conseils.

Chaque année, 747.000 Français meurent d'une maladie cardiovasculaire (infarctus, AVC, rupture d'anévrisme...), ce qui correspond à 400 morts par jour. Près d'un Français sur trois risque l'infarctus. Ces chiffres élevés, vous pouvez les faire baisser. Sur le site J'aime mon cœur , la Fédération française de cardiologie (FFC) met à votre disposition un questionnaire rapide et simple vous permettant de faire le point sur votre cœur... et d'évaluer votre risque cardiaque.

EN SAVOIR + >> 3 conseils pour diminuer le risque de crise cardiaque chez la femme

Ne vous attendez pas à devoir prendre votre pouls. "La prise de pouls ne va pas apporter de renseignements particuliers et en aucun cas prévenir l'infarctus", souligne à metronews le président de la FFC, le professeur Claude Lefeuvre. Que faire alors ? Suivez le guide.

Pas besoin de courir avec un cardio-fréquencemètre

Vérifier que votre cœur ne s'accélère pas trop à l'effort n'a pas vraiment d'utilité, explique le cardiologue. Seules les personnes à risque, qui ont déjà eu des problèmes cardiaques, ont intérêt à utiliser un cardio-fréquencemètre. En effet, elles ne doivent pas dépasser 75% de la fréquence cardiaque maximale, qui est de 220 moins l'âge (200 à 20 ans et 180 à 40 ans donc). Pour les individus lambda, fiez-vous surtout à votre ressenti et à votre essoufflement.

Ayez une activité physique quotidienne

Continuez de courir, ou du moins de pratiquer quotidiennement une activité physique pour faire baisser votre risque cardiovasculaire. D'une part, celle-ci "améliore le profil du cholestérol" : elle diminue le taux de mauvais cholestérol, notamment généré par une alimentation riche en graisses animales, et augmente le bon. D'autre part, elle diminue la tension. Or l'hypertension, aussi provoquée par le stress, entraîne de petites déchirures des artères. Et il ne faut pas oublier que le cœur est un muscle : "Plus vous le faites travailler, mieux il se porte."

>> Télécharger ici la brochure "Cœur & stress" de la FFC <<

Ce qui est préconisé, c'est d'être actif au moins trente minutes d'affilée dans la journée. Mais il est vrai que ce conseil est difficile à appliquer en parallèle d'une vie active. Le professeur Le Feuvre vous suggère alors de fractionner vos efforts. N'hésitez pas à prendre l'escalier au lieu de l'ascenseur quand vous n'êtes pas chargé ou à descendre une station de métro avant et à finir le trajet en marchant.

Évitez de commencer à fumer

Le tabac favorise la coagulation du sang et peut entraîner des caillots dans les artères coronaires, ce qui provoque un infarctus du myocarde. Et ce, quel que soit le nombre de cigarettes par jour. Chez les sujets jeunes, de moins de 45 ans, 85% des infarctus sont liés au tabac, rappelle le cardiologue.

Ce sont ces facteurs-là qui permettent de détecter et, en changeant votre hygiène de vie, de prévenir le risque d'infarctus. En arrêtant de fumer, en faisant de l'exercice et en modifiant votre alimentation, vous diminuerez de 80% ce risque. Avez-vous le cœur à essayer ?

>> Du samedi 25 octobre au dimanche 2 novembre, la Fédération française de cardiologie organise le Donocœur , sa campagne de dons pour être soutenue dans ses missions d'information, de prévention, de recherche et de soutien aux personnes cardiaques.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter