Vous dormez peu ? N'accusez pas le monde moderne

Vous dormez peu ? N'accusez pas le monde moderne

SOMMEIL – On a coutume de dire que pour être en bonne santé il conviendrait de dormir entre 7 et 9 heures par nuit. Mais nos ancêtres dormaient moins que ça.

Dans un monde où l'homme est sollicité à chaque instant, on observe que les personnes souffrant de troubles du sommeil sont de plus en plus nombreuses et dorment bien souvent moins que les 7 heures par nuit préconisées par les médecins. Alors comme souvent on blâme notre mode de vie et on a tendance à dire que c'était mieux avant, quand on n’avait pas le nez toute la soirée sur nos écrans.

Mais c'est sans connaître le sommeil de nos ancêtres. Même des milliers d'années auparavant, hommes et femmes faisaient des nuits pas franchement à rallonge. Des chercheurs de l'Université de Californie à Los Angeles ont observé des tribus qui vivent dans des conditions relativement semblables aux chasseurs-cueilleurs de l'ère paléolithique. Ils ont donc surveillé de près le sommeil de trois sociétés tout à fait éloignées les unes des autres sur la surface du globe : les Hadza de Tanzanie, les San en Namibie et les Tsimane de Bolivie.

Toute l'info sur

Sommeil : plongez dans les bras de morphée

Lire aussi

Une question de température ?

Dans ces trois communautés, la moyenne d'une nuit n'excède pas les six heures et demie. Et ces populations ne sont, par nature, pas du tout exposées aux nuisances de notre vie moderne. Ce qui a également frappé les chercheurs c'est qu'apparemment les heures de sommeil n'étaient pas forcément liées à la luminosité mais plutôt à la température. En moyenne, les trois groupes allaient au lit environ trois et heures et demie après le coucher du soleil alors même que leur seule source de lumière dans l'intervalle, était le feu. Cependant, les personnes observées avaient tendance à dormir aux heures les plus froides de la nuit.

Les trois sociétés observées n'ont jamais évoqué la moindre sensation de fatigue malgré des nuits plutôt courtes et fait marquant : deux des groupes étudiés n'ont même pas de mot pour signifier "insomnie" dans leur langue.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Mise au point du Dr Kierzek à propos de la déclaration du PDG de Pfizer sur la nécessité de recevoir une troisième dose de vaccination

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

Lire et commenter