Isolement de 7 jours en Guadeloupe : "Nous comptons beaucoup sur la responsabilité de chacun"

Isolement de 7 jours en Guadeloupe : "Nous comptons beaucoup sur la responsabilité de chacun"

COVID – Depuis ce lundi 18 janvier, tous les voyageurs arrivant en Guadeloupe et en Martinique doivent s'engager "sur l'honneur" à respecter un isolement de sept jours. Une mesure stricte mais qui, selon le préfet de Guadeloupe, ne peut faire l'objet de sanction.

La mesure a été annoncée le week-end dernier et elle est en place depuis ce lundi 18 janvier 2021 : tous les voyageurs arrivant en Guadeloupe ou en Martinique doivent s'engager "sur l'honneur" à respecter un isolement de sept jours. 

Une mesure stricte, certes, mais qui ne peut faire l'objet de sanctions, précise Alexandre Rochatte, préfet de la Guadeloupe, contacté par LCI.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Pourquoi cette mesure de septaine a-t-elle été prise en Guadeloupe et en Martinique ?

Alexandre Rochatte : Pour préserver nos deux îles des variants du Covid-19, dont nous sommes épargnés pour le moment, le gouvernement a voulu mettre en place des mesures barrières supplémentaires. Tout d'abord, en autorisant exclusivement un test PCR négatif de moins de 72 heures pour toute arrivée et non plus les tests antigéniques comme c'était le cas jusqu'à lundi dernier. Ensuite, en demandant à ce que les personnes, une fois arrivées sur les territoires antillais, se mettent dans une situation d'isolement pendant une semaine et qu'à l'issue de cette semaine, elles pratiquent un nouveau test pour vérifier qu'elles ne sont pas porteuses du virus. 

Certaines personnes sont-elles dispensées de cette période d'isolement ? 

Oui mais très peu finalement. Les exceptions que l'on peut donner, avec des dérogations, se font au cas pas cas, à l'instar des personnes amenées à participer à la gestion de la crise, des personnes qui auraient besoin d'agir de façon urgente dans nos îles, comme des forces de l'ordre, des renforts de la protection civile, ou encore des professionnels de santé. 

Pour résumé, toutes les personnes qui arrivent en Guadeloupe depuis lundi doivent rester 7 jours sur le lieu où ils vont résider ?

Oui. Qu'ils s'agissent de personnes faisant du tourisme, de personnes venues voir leurs familles, de professionnels venant travailler -  sauf exception -, c'est la même chose. Pendant 7 jours, il ne faut ni aller à la plage, ni dans les magasins, ni dans les bars et les restaurants. 

Lire aussi

La déclaration sur l'honneur est-elle suffisante pour inciter les populations à appliquer cette mesure ?

Nous recommandons fermement à tout arrivant d'appliquer cette mesure d'isolement d'une semaine qui correspond à la durée imposée quand on est cas contact et que l'on doit se couper du monde. Il en va tout simplement de la responsabilité de chacun. Si les personnes n'ont pas envie de respecter les 7 jours, ont-elles envie pour autant de faire courir le risque à d'autres d'être contaminés ? Je ne le crois pas. 

Les Antilles ont eu une belle saison à Noël. Pour vous, cette mesure peut s'avérer catastrophique…

C'est une mesure qui, il est vrai, a un impact direct sur l'activité touristique. Les compagnies aériennes ont d'ailleurs fait part d'une baisse d'activité et des réservations depuis l'annonce de cette mesure et son application, il y a trois jours. Mais la santé de chacun reste aujourd'hui la priorité.

"Par définition une déclaration sur l'honneur n'est pas une obligation réglementaire et ne peut être donc verbalisée"- Alexandre Rochatte, préfet de la Guadeloupe

Comment se passent les contrôles pour vérifier que cette période d'isolement est bien respectée ? 

C'est une déclaration sur l'honneur et nous comptons beaucoup sur la responsabilité de chacun. Je pense que la plupart des gens ont compris quel était l'enjeu et n'ont pas envie que le virus se propage encore plus ou que les variants arrivent là où ils ne sont pas présents.  Pour autant, police et gendarmerie ne feront pas de contrôle du respect la septaine parce que par définition, une déclaration sur l'honneur n'est pas une obligation réglementaire et ne peut donc être verbalisée. En revanche, les forces de l'ordre demanderont aux personnes le jour où elles sont arrivées sur l'île et elles répèteront les messages de sécurité sanitaire en espérant qu'ils soient respectés. Si l'on voit qu'on ne parvient pas à avoir un taux de responsabilisation suffisant, on sera obligé de prendre d'autres mesures pour se préserver de toute nouvelle contamination potentielle, comme la restriction des flux aériens. On n'a pas beaucoup d'autres solutions.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : l'avocat Thierry Herzog fait appel

VIDEO - Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter