"J'aimerais que ma mort soit un chef-d’œuvre", Axel Kahn se confie sur son combat contre le cancer

Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer depuis juillet 2019.

ÉMOTION - Président de la Ligue contre le cancer, Axel Kahn souffre lui-même de cette terrible maladie. Alors que son état s'est "récemment" aggravé, le généticien s'est livré lundi lors d'une émouvante interview accordée à France Inter.

Un aveu poignant. Invité ce lundi de France Inter, le professeur Axel Kahn a confié que ses jours étaient désormais comptés, la faute à un cancer qui s'est "aggravé récemment". "Ma maladie a été rendue publique à partir du moment où elle ne pouvait plus être tue. Je lutte contre le cancer et il se trouve que la patrouille m'a rattrapé. Moi aussi, j'ai un cancer", a déclaré celui qui préside depuis 2019 la Ligue contre le cancer. 

"Je suis en train de parcourir l'itinéraire final de ma vie", confie-t-il avec émotion à France Inter. "Je vais maintenant mener [...] un combat totalement personnel contre ma maladie. Puisqu'il me reste un peu de temps, je vais essayer d'optimiser ce temps qu'il me reste", ajoute-t-il. "J'aimerais que ma mort soit un chef-d’œuvre (...) Chaque minute aujourd'hui est occupée"

Une période "très importante"

À l'aune de ses derniers jours, le généticien évoque une "période très importante" de sa vie. "J'ai souvent dit que personne n'est autre chose que ce qu'il fait. Imaginons qu'il me reste trois, quatre semaines à pouvoir faire, alors le choix de ce que je fais, la manière dont je le fais sont plus importants que jamais", explique-t-il. "C'est vraiment [...] intéressant comme expérience", reprend-il, "on ne la vit qu'une seule fois puisque, ensuite, on est mort. Je le vis, je ne le fais pas en chantant, j'aime la vie. Mais je ne le fais pas non plus dans la terreur. Je le fais avec détermination", décrit-il.

J'ai été intensément heureux- Axel Kahn

Le professeur se satisfait même d'avoir été "intensément heureux". "Qu'est-ce que c'est que le bonheur ? C'est le moment à partir duquel vous vivez ce que vous espériez vivre, où il y a adéquation entre votre ressenti de votre vie et ce que vous en espériez. Mort ou pas mort, j'ai été intensément heureux", confie-t-il, rendant hommage à ses enfants avec qui la "transmission était magnifique" et à sa femme qui n'a cessé de le "regarder amoureusement". Quoiqu'il en soit, en tant que médecin, "la mort est une vieille amie", dit-il.

Lire aussi

Quid des prochaines semaines ? Alors qu'il a annoncé le 11 mai dernier se mettre en retrait de ses fonctions de président de la Ligue contre le cancer, le médecin doit d'abord "finir toute une série de réorganisations fondamentales" au sein de l'organisation "afin de mieux lutter contre le cancer". Par la suite, dans deux jours, il va entrer à l'hôpital où il livrera l'ultime bataille d'un "combat juste" qu'il a mené tout au long de sa vie. "Continuez mon combat, je compte sur vous", implore-t-il, s'adressant "à chacun des ligueurs"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Angleterre : dépassé par le variant Delta, Boris Johnson décale d'un mois le déconfinement

EN DIRECT - Vaccins Pfizer et Moderna : le délai minimal entre deux doses abaissé à trois semaines

"Ça va être Gilets jaunes puissance 10" : la fronde des automobilistes contre les ZFE en centre-ville

Que se passe-t-il à la centrale nucléaire de Taishan, en Chine ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.