Jérôme Guedj veut la gratuité des masques "pour évacuer les réticences des ronchons" qui n'en veulent pas

Jérôme Guedj veut la gratuité des masques "pour évacuer les réticences des ronchons" qui n'en veulent pas
Santé

INTERVIEW - Invité politique ce vendredi 14 août, Jérôme Guedj, conseiller département PS de l'Essonne, est revenu sur l’isolement des personnes âgées confinées, sujet pour lequel il a été missionné par le gouvernement, ainsi que le port du masque.

En pleine épidémie du coronavirus, Jérôme Guedj, l'ancien président (PS) du conseil départemental de l'Essonne et actuel conseiller départemental d'opposition sur le canton de Massy, a été missionné par Olivier Véran afin d'identifier tous les leviers pour combattre l'isolement des personnes âgées de plus de 70 ans, en temps de crise et dans la période qui suivra. 

Un rapport remis en juillet et... un mode d'emploi pour les personnages âgées et vulnérables en cas de "reconfinement" ? "Ce n'est pas une hypothèse sur laquelle j'ai travaillé", balaye d'emblée Jérôme Guedj sur LCI. "Il faut se rappeler d'où l'on vient. Cette crise a montré quelque chose de formidable que l'on avait un peu perdu de vue dans le pays. Soit la première décision collective, de grande maturité civilisationnelle, qui a été prise, consistant à décider un confinement généralisé pour protéger les plus fragiles." 

De fait, poursuit-il, "si on part du principe qu'on va vivre un certain temps avec cette satanée maladie, alors il faut la responsabilisation individuelle, une politique publique de tests et l'accompagnement des populations les plus fragiles". Aussi,  "comme on demande sur la base du volontariat à ces personnes fragiles afin qu'elles réduisent leurs interactions", l'élu essonnien plaide pour "une politique organisée de lutte contre l'isolement qui peut avoir des effets détestables en contrepartie". 

Lire aussi

"J'espère qu'au sortir de cette crise, la santé publique redeviendra centrale"

Pour limiter la propagation du virus, faut-il également imposer le port du masque partout à l'extérieur, comme certains commencent à le suggérer ? Pour se protéger contre la Covid-19, l'ancien parlementaire considère que puisqu'"aujourd'hui on a des masques, la moindre des choses, c'est de les porter" avouant ne pas être choqué par le fait "qu'on soit sur une généralisation du port du masque" :  "On n'avait pas dans ce pays une culture de la santé publique. Cette crise nous oblige à comprendre ses enjeux" ajoute-t-il. "Je suis pour qu'on introduise une obligation vaccinale (...) J'espère qu'au sortir de cette crise, la santé publique, soit 'ma santé par rapport aux autres' pour schématiser, qui était un peu le parent pauvre des politiques sociales, redeviendra centrale." 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Toujours sur les masques, et leur coût, Jérôme Guedj se dit par ailleurs "idéalement, si les conditions le permettaient, favorable au remboursement intégral des masques et à leur gratuité (...) Un élément supplémentaire qui évacuerait toutes les réticences chez les gros ronchons qui n'en voudraient pas".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent