Jeune femme remise du sida : "le combat est encore loin d'être gagné"

Jeune femme remise du sida : "le combat est encore loin d'être gagné"

SIDA – A force d'entendre des messages positifs sur le Sida, on finirait par croire qu'on a réussi à éradiquer la maladie. Metronews fait le point avec Aurélien Beaucamp, le nouveau président d'Aides, première association européenne de lutte contre le Sida et les hépatites.

Ce lundi soir, l'information s'est répandue à la vitesse de l'éclair. Une jeune femme aurait "guéri" du sida. Ajoutez à cela la découverte d’un rétrovirus à l’origine du sida dans les laboratoires de l'Institut Pasteur. Complétez avec les déclarations très optimistes du secrétaire de l'ONU Ban Ki-Moon sur l'enrayement de l'épidémie et vous pourriez presque croire que la maladie est déjà un mauvais souvenir du passé.

Et pourtant, c'est loin encore d'être le cas, rappelle Aurélien Beaucamp, qui a pris en juin la tête d'Aides, la première association européenne de lutte contre le sida et les hépatites. "Le virus est toujours là, il continue de faire des ravages dans le monde", souligne-t-il. Aujourd'hui, entre 6000 et 7000 nouvelles contaminations sont diagnostiquées chaque année en France, un chiffre qui reste inchangé depuis cinq ans.

Aucun traitement miracle ne verra le jour avant des années

La réalité est en effet bien plus tragique, et malgré cela, tout le monde semble aujourd'hui s’en accommoder. "La rémission de cette jeune femme est un cas exceptionnel, qui ouvre de nouvelles perspectives de recherche, admet le président d'Aides. Mais une rémission ne doit pas être assimilée à une guérison. Cette jeune femme reste infectée par le VIH et il est impossible de prédire l'évolution de son état de santé".

A en croire l'Institut Pasteur, aucun traitement miracle ne verra le jour avant des années. Et pendant ce temps, que fait-on pour les personnes atteintes ? "Toutes ces bonnes nouvelles ne vont pas résoudre la situation des millions de malades à travers le monde qui, eux, ne peuvent pas attendre, déplore Aurélien Beaucamp. Mais ce que craignent par-dessus tout les militants de l'association, c'est de voir la maladie se banaliser.

11% des jeunes pensent que la pilule contraceptive est une bonne protection

En mars dernier, un sondage mené par l'Ifop rendu public la veille du Sidaction 2015, a montré que les fausses croyances persistent chez les 15-24 ans. Autrement dit, ils savent que le sida existe mais ont l'impression que cela ne les concerne pas du tout. "Contrairement aux plus de 35 ans, qui ont débuté leur vie sexuelle quand le sida était encore une maladie mortelle, le regard des jeunes d'aujourd'hui sur le VIH a changé", confirme Aurélien Beaucant.

L'arrivée des antiviraux ont eu pour effet de banaliser la maladie, estime l'association Solidarité Sida. "Près d'un quart des adolescents pensent qu'ils peuvent guérir de la maladie, et la plupart n'ont aucune conscience de la lourdeur des traitements délivrés à vie". Plus surprenant encore, 15% des jeunes interrogés croient que l'ont peut être contaminé lors d'un baiser et 11% pensent que la pilule contraceptive est une bonne protection. Autant dire qu'il y a encore du chemin à faire.

À LIRE AUSSI 
>>
Une jeune française en rémission du sida
>>
Vaccin anti-sida : où en sont les recherches en France ?
>>
5 idées reçues que vous avez probablement sur le sida

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "90% de primo-vaccinés à Noël", prévoit Jean Castex

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.