Jeunes mamans, méfiez-vous du gel antibactérien, attractif pour les enfants mais toxique !

Jeunes mamans, méfiez-vous du gel antibactérien, attractif pour les enfants mais toxique !

PRÉCAUTION - Dans la panoplie d’une mère se trouve bien souvent un produit d’hygiène considéré comme indispensable : le gel hydro-alcoolique. Mais face à la hausse du nombre d’intoxications aux Etats-Unis, des médecins appellent à la vigilance.

Pour contrer les maladies saisonnières, les mamans ont la solution à portée de mains : le gel antibactérien. Et pour cause, le produit est efficace pour éliminer la plupart des microbes qui ont élu domicile sur les mains des bambins, même s’il ne les tue pas tous. Problème : la solution hydro-alcoolique est aussi hautement toxique si les plus petits l’ingèrent. Et les intoxications ne seraient pas si rares.

Alcool et agents antibactériens : un cocktail explosif

Le nombre d'intoxications a augmenté de 400% aux Etats-Unis depuis 2010, selon le centre d’appels de lutte antipoison américain. En 2014, ils étaient 16.117 à rapporter une ingestion de désinfectant par des enfants de moins de 12 ans, contre 3266 quatre ans plus tôt. Face à cette augmentation, les médecins du centre antipoison préfèrent prévenir les parents. "Certains d’entre eux  sont susceptibles de finir aux urgences", souligne le Dr Gaylor Lopez dans un article repéré par Terrafemina. L’association d’alcool et d’agents antibactériens peut en effet engendrer de nombreux effets secondaires. 

L'Agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé (afssaps) précise que les risques de complications existent dès 1,5 ml/kg de poids corporel, "soit environ une cuillère à soupe pour un enfant de 10-12 kg". De la gêne, à la somnolence, en passant par l’état d’ébriété à cause de l’éthanol, l’ingestion de la solution se manifeste de nombreuses façons. 

Lire aussi

    Former les enfants, privilégier l’eau et le savon

    En France, la dernière enquête des centres antipoison et de toxicovigilance à la demande de l’afssaps remonte à mars 2011. A cette période, la vente des produits hydro-alcooliques était en plein boom, suite à l’épidémie de la grippe A (H1N1). Sur l’année 2009, le rapport fait état de "248 cas d’exposition aux produits hydro-alcoolique pour lavage des mains ayant entraîné des symptômes". Dans 35% des cas, il s’agissait d’une mise en contact avec les yeux et dans 65% d’une ingestion.

    Fraise, cerise ou pêche…les fabricants redoublent d’efforts pour attirer les clients. Mais les arômes fruités peuvent induire les enfants en erreur. Alors pour limiter le danger, l’Afssaps préconise "de ne pas laisser ces produits à la portée des enfants sans formation préalable au bon usage" et de "privilégier les procédures d’hygiène des mains par le lavage à l’eau et au savon dès lors qu’un point d’eau est disponible". De quoi tenir à l’écart les maladies saisonnières comme l’ingestion accidentelle. Bref, une pierre deux coups. 

    Lire aussi

      En vidéo

      JT 13H - Gastro-entérite : à Nantes, "le seuil épidémique a été atteint"

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      EN DIRECT - "Hautement transmissible", le variant Omicron exige une "action urgente", selon le G7

      Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

      VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

      EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

      Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?

      Lire et commenter
      LE SAVIEZ-VOUS ?

      Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

      Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.