Jeux paralympiques : cette méthode qui permet de décupler l’endurance des paraplégiques

Jeux paralympiques : cette méthode qui permet de décupler l’endurance des paraplégiques
Santé

TOUS AU SPORT – Des chercheurs ont développé une nouvelle méthode capable de stimuler tous les muscles des paraplégiques. Objectif, fonctionnement, bienfaits, voici tout ce qu’il faut savoir.

Le coup d’envoi des Jeux paralympiques a été donné ce mercredi 7 septembre, en samba. Jusqu’au 18 septembre, les 4 342 athlètes au mental d’acier vont devoir redoubler d’efforts pour décrocher l’or. L’effort justement, et l’optimisation des capacités physiques en particulier, est au centre d’un programme d’entrainement appelé "stimule ton handicap". 

Ce programme vient d’être mis au point par des chercheurs de l’Unité INSERM 1093, en collaboration avec le laboratoire de recherche cardio-vasculaire de Boston. L’objectif ? Permettre aux personnes paraplégiques de pratiquer une activité physique en sollicitant tous leurs muscles. 

Une force musculaire augmentée de 170%

Comment est-ce possible ? Grâce à un système de stimulation électrique reliée à un rameur. En pratique, le sportif fait une séance de rameur de 30 minutes, des électrodes collées sur les cuisses. Celles-ci envoient un courant de faible intensité de manière à contracter leurs muscles et propulser le siège en arrière. Ensuite, l’action des membres supérieurs et la stimulation des muscles ischio-jambiers ramènent le siège vers l’avant. 

Et la méthode a fait ses preuves : "après 6 mois d’entrainement, la force musculaire des personnes paraplégiques a augmenté de plus de 170%, la masse musculaire de plus de 102%, le potentiel aérobie de plus de 77% et un réel impact sur leur qualité de vie a été observé", rapporte l’INSERM dans un communiqué.  

Des performances sportives optimisées

Contacté par LCI, Gaëlle Deley, chercheuse à l’INSERM et maître de conférences à l’université de Dijon, l’affirme : "un sportif de haut niveau pourrait facilement augmenter de 50% ses capacités d’endurance." C’est dans ces proportions qu’un participant, qui pratique du handbike à un bon niveau, a amélioré ses résultats.

"Des discussions ont d’ailleurs été entamées entre le laboratoire de Boston et le comité paralympique américain mais la mise en place prendra du temps", précise la chercheuse. En effet, la méthode nécessite d’avoir des rameurs spécifiques, des stimulateurs et des formateurs. 

La qualité de vie améliorée

Mais outre les athlètes, cette méthode permet de faciliter le quotidien des personnes paraplégiques. "Beaucoup s’interrogent sur leur capacité à faire seul une balade à l’extérieur, mais après quelques mois, ils reprennent confiance et retrouvent le goût de l’effort", explique Gaëlle Deley. 

Des impacts positifs sur leur santé physique, donc, mais aussi mentale. "L’atrophie musculaire peut complexer certaines personnes qui n’osent plus se mettre en jupe ou en short, confie la scientifique. Retrouver une bonne taille de muscles leur permet, là encore, de reprendre confiance."

Pour élargir le champ des possibles, les chercheurs français et américains travaillent sur une façon d’adapter le programme aux personnes tétraplégiques, hémiplégiques ou porteuses d’infirmité motrice cérébrale. Voilà un programme qui mériterait une médaille d’or. 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent