"La situation est plus qu’intenable" : la présidente de SOS Autisme en appelle à Emmanuel et Brigitte Macron

DirectLCI
SANTÉ - La présidente de l'association SOS Autisme France, Olivia Cattan, appelle Emmanuel Macron à faciliter l'accès aux soins des enfants autistes, dans une lettre ouverte au chef de l'Etat et à son épouse à l'occasion de la Journée mondiale de l'autisme et juste avant la présentation du 4e plan autisme, attendu dans les jours qui viennent.

A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme, programmée ce lundi 2 avril, Olivia Cattan a écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron et à sa compagne Brigitte, impliquée sur ce sujet, avant la présentation du 4e plan autisme attendue ces prochains jours.  "Les séances dispensées par les psychologues et les psychomotriciennes ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale, créant une inégalité sociale entre nos enfants. Il serait temps de faire une loi" pour y remédier, écrit la présidente de SOS Autisme, qui a un fils autiste de 12 ans.
 

Elle évoque notamment les progrès réalisés par les enfants qui peuvent être suivis par des thérapeutes formés aux méthodes éducatives et comportementales recommandées par la Haute Autorité de Santé (HAS). Seulement, les séances chez les psychologues, psychomotriciennes et ergothérapeutes peuvent atteindre "70 euros l'heure" et s'ajoutent aux "2.000 euros par mois" déboursées par certaines familles qui, n'ayant pu obtenir une auxiliaire de vie scolaire (AVS) de l'Education nationale, emploient une AVS privée, souligne-t-elle. 

Vous le savez, la France a 40 ans de retard et cela ne se rattrapera pas en un jour, nous en sommes tous conscients.Olivia Cattan, présidente de SOS Austisme

La responsable associative, auteure du livre "Autiste et alors" (sortie le 2 avril aux éditions Max Milo), publié à l'occasion de la Journée mondiale de l'autisme, décrit dans sa lettre le difficile quotidien des familles, qui n'ont "ni repos, ni répit" et sont "seules face au handicap de leur enfant".  "J'aimerais tellement vous inviter à passer une journée avec moi afin que vous compreniez réellement la situation", ajoute Olivia Cattan, s'adressant à Brigitte Macron qui a dit vouloir s'impliquer dans les sujets liés au handicap.


Il y a deux ans, en avril 2016, la secrétaire d'Etat alors en charge du handicap, Ségolène Neuville, avait annoncé un dispositif destiné à pallier "l'insuffisance de prise en charge financière" de certains spécialistes. Elle avait annoncé la création de "pôles de compétences et de prestations externalisées", des structures médico-sociales vers lesquelles les parents pourraient se tourner pour organiser les séances avec des professionnels. Ces derniers devaient ensuite être "rémunérés par ces structures sur des crédits de l'Assurance maladie".  Mais selon Olivia Cattan, les parents n'ont vu "aucune différence". Le dispositif n'a pas eu le temps d'être déployé sous le quinquennat Hollande, et il n'y a "pas eu de suivi" après le changement de majorité.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter