L'association AIDES alerte sur le Jiftip, un autocollant présenté comme une "alternative au préservatif"

L'association AIDES alerte sur le Jiftip, un autocollant présenté comme une "alternative au préservatif"

SANTÉ - Le Jiftip, autocollant à coller sur le bout du pénis, ne serait, selon l'association AIDES, aucunement efficace contre le Sida et la transmission d'infections sexuelles. L'association alerte également sur la dangerosité du sticker lors de son utilisation. De son côté, la société affirme que le Jiftip n'est pas "une alternative au préservatif".

Il était présenté comme le "préservatif révolutionnaire". Le Jiftip, autocollant à coller sur le bout du pénis, au niveau du méat urinaire - l'orifice externe de l'urètre par lequel passent les urines - n'est en réalité pas un substitut efficace du traditionnel préservatif en latex. D'après les fabricants, l'autocollant est efficace pour retenir l'urine et le sperme durant l'acte sexuel mais selon l'association Aides, ce dernier n'a absolument aucun effet sur la transmission d'infections sexuelles. "Ce sticker ne protège pas efficacement contre les risques d'infections sexuellement transmissibles, dont le VIH" indique ainsi l'association qui lutte contre le Sida sur son compte Facebook.

Si le slogan de la marque est "Ressentez votre partenaire, ressentez la liberté, ressentez la sécurité", cette dernière précise cependant sur le mode d'emploi que le Jiftip n'est adapté pour lutter contre les IST ou pour la contraception. Il est même mentionné sur le site officiel que le retrait du sticker peut s'avérer "douloureux au début". Pour rappel, les infections telles que la syphilis, la chlamydia ou l'herpès génital se transmettent par simple contact, que ce soit avec la peau ou les muqueuses.

En vidéo

Sidaction : l'indispensable prévention

Comme l'indique Natika Halil, directrice chargée de la santé sexuelle au sein du programme associatif du planning familial britannique, interrogée par The Sun, "il n'y a aucune preuve suggérant que ce produit soit sûr ou efficace". Celle-ci ajoute que le dispositif pourrait même s'avérer "très douloureux." "Comme l'entreprise l'affirme elle-même, elle n'est pas approuvée pour prévenir la grossesse ou les infections sexuellement transmissibles - donc si vous voulez éviter l'une ou l'autre, nous vous recommandons d'éviter ce produit" précise-t-elle au média britannique.

Sur le site officiel de la société est indiqué : "Est-ce qu'il protège de la grossesse, de l’herpès ou des IST ? Ce n’est pas un préservatif ou une alternative aux préservatifs."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter