VIDÉO - L’eau que boivent près de 3 millions de Français est polluée : découvrez si celle de votre robinet est de bonne qualité

Santé
DirectLCI
BOIRE SANS MODÉRATION – L’UFC-Que Choisir a passé au crible les réseaux de distribution d’eau courante des communes françaises. Verdict : près de 96% des Français peuvent boire l’eau de leur robinet sans craindre une maladie. Les autres, en revanche, peuvent redouter la présence de pesticides, de nitrates ou de plomb.

Pesticides, radioactivité ou défaut de traitements de potabilisation… Les Français se méfient de la qualité de l’eau du robinet. Alors, pour démêler les vraies craintes des fausses, l’UFC-Que Choisir a passé au peigne fin les réseaux de distribution des 36.600 communes françaises. Près de 50 critères réglementaires ont ainsi été décortiqués par les experts de l’association de consommateurs, selon les données issues du ministère de la Santé. 


"Les résultats sont globalement positifs, voire très positifs, a détaillé le président de l’UFC-Que-choisir, Alain Bazot, lors d’une conférence de presse donnée ce matin. Cependant, l’eau de près de 2,8 millions de Français est tout de même polluée." Un chiffre encore trop important pour l’association, qui réclame l’intervention des pouvoirs publics. 

Une eau contaminée pour 2,8 millions de consommateurs

Les consommateurs ruraux et citadins ne sont pas égaux même si, globalement, "notre analyse montre que 95,6% des consommateurs français ont accès tout au long de l’année à une eau de très bonne qualité", affirme le président de l’UFC-Que Choisir. Un constat qui est surtout dressé dans les villes les plus grandes, où les rivières et les nappes phréatiques sont massivement polluées en nitrates et pesticides. 


En revanche, les données sont moins réjouissantes pour les plus petites communes. En effet, rares sont celles à avoir bénéficié des traitements de dépollution relativement coûteux. 

Les 4 contaminants les plus fréquemment retrouvés

  • 1Les pesticides

    Avec 2.379 réseaux de distribution concernés à travers l’Hexagone, la palme d’or du polluant le plus présent dans l’eau revient aux pesticides. Très toxiques, ils sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, des substances soupçonnées de perturber le système hormonal. Près de 2 millions de consommateurs sont desservis par cette eau.
  • 2Les nitrates

    Ils contamineraient 390 réseaux répartis dans 370 communes. S’ils arrivent bien après les pesticides, près de 226.000 consommateurs reçoivent cette eau. Mais ingérée en trop fortes concentrations, elle peut causer des infections gastro-intestinales. Les nitrates sont également soupçonnés de favoriser les cancers.
  • 3Les contaminations bactériennes

    Près de 215.000 Français reçoivent à leur domicile une eau contaminée par les bactéries, soit 205 réseaux. Certaines d’entre elles sont inoffensives mais d’autres peuvent provoquer des dérangements intestinaux ou des affections plus graves.
  • 4L’Arsenic

    Moins courant, l’arsenic est présent dans 175 réseaux qui desservent 154 communes. Près de 38.000 consommateurs reçoivent ainsi une eau non-conforme. D’origine naturelle - ce composant naturel se retrouve beaucoup dans les roches anciennes du Massif central ou des Vosges -, l’ingestion de cette eau peut causer des cancers du poumon, de la peau et de la vessie, comme le souligne le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Une analyse précise ville par ville

Mais à quel point l’eau du robinet de votre ville est-elle polluée ? Les niveaux de conformité des 50 contaminants et autres paramètres physico-chimiques ont été compilés pour constituer une carte interactive. En entrant le code postal et le rayon kilométrique de son choix, on apprend, par exemple, que la qualité de l’eau est "variable" dans le 15ème arrondissement de Paris, "satisfaisante" dans le 14ème (entre 25 et 50% des analyses ne sont pas conformes à la réglementation) et "bonne" dans le 1er (moins de 25% des analyses sont non conformes).

A Bonneuil-sur-Marne, à Créteil, la qualité de l’eau est en revanche considérée comme "très mauvaise". En cause, du plomb et du cuivre retrouvés dans les prélèvements. Ces composés toxiques sont notamment "responsables du retard du développement intellectuel chez les enfants", rappelle Olivier Andrault qui a dirigé cette étude. Mais attention tout de même à ne pas tirer de conclusion hâtives : "Ils sont surtout présents dans les conduits d’eau et canalisations des logements et des immeubles anciens, pas forcément dans l’ensemble du réseau."


L'UFC-Que choisir espère maintenant que le gouvernement fera en sorte de rendre l'eau digeste et saine pour tous. 

En vidéo

Le muesli, un cocktail de pesticides ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter