Recrudescence alarmante des cas de rougeole : la France parmi les 10 pays les plus touchés

Santé

ÉPIDÉMIES - L'Unicef lance un cri d'alarme concernant la recrudescence des cas de rougeole partout dans le monde, et notamment en France, qui fait partie des dix pays responsables de plus de 74% de l’augmentation totale de ces nouvelles épidémies.

La France est en train de connaitre une recrudescence fulgurante des cas de rougeole. Dans un rapport publié jeudi 28 février, l'Unicef présente les nombreux risques de cette maladie et déplore une tendance à l'échelle mondiale : 98 pays ont signalé un plus grand nombre de cas de rougeole en 2018 qu'en 2017. 

Nous ne sommes donc pas les seuls, mais l'ONG souligne que la France fait partie des dix pays responsables des trois-quarts de l'augmentation totale des cas en 2018. Un véritable cri d'alarme, quand cette maladie pourtant hautement évitable est encore potentiellement mortelle.

Lire aussi

Encore 136 000 morts de la rougeole l'année dernière

Hormis la France, figure dans ces dix pays l'Ukraine, les Philippines et le Brésil, qui ont connu la plus forte augmentation annuelle de cas. Vient ensuite le Yémen, le Venezuela, la Serbie, Madagascar, le Soudan et la Thaïlande. En 2018, 35.120 cas ont été recensés rien qu'en Ukraine, soit environ 30.000 de plus qu'en 2017. Et selon le gouvernement ukrainien, 24.042 personnes supplémentaires ont été contaminées au cours des deux premiers mois de 2019. Aux Philippines, jusqu'à présent cette année, 12.736 cas de rougeole et 203 décès ont été recensés, contre 15.599 pour l’ensemble de 2018.

Au Brésil, 10.262 cas ont été signalés alors qu'aucun cas n'avait été rapporté l'année précédente. Selon le rapport de l'Unicef, plusieurs autres pays, principalement en Amérique du Sud et en Europe, ont connu des réapparitions d'épidémies en 2018 alors qu'ils avaient déjà été déclarés exempts de rougeole.

En France, l'augmentation entre 2017 et 2018 a été de 2269 cas. L'Unicef explique cette recrudescence dans les pays développés entrave les progrès accomplis dans la lutte contre cette maladie à l'échelle internationale. Une conclusion partagée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a déjà alerté en novembre 2018 sur une flambée de rougeole dans le monde, avec pour conséquence 136.000 morts l'année dernière.

L'hésitation face aux vaccins en partie responsable

"C'est un appel au réveil. Nous disposons d'un vaccin sûr, efficace et peu coûteux contre une maladie très contagieuse - un vaccin qui a sauvé près d'un million de vies chaque année au cours des deux dernières décennies", a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l'Unicef. En revenant sur le bilan de 2018, elle a ajouté que "ces cas ne se sont pas produits du jour au lendemain. Juste au moment où les graves épidémies que nous observons aujourd'hui se sont déclenchées en 2018, le manque d'action aujourd'hui aura des conséquences désastreuses pour les enfants de demain"

L'augmentation des épidémies de rougeole est la conséquence de plusieurs facteurs, listés par l'Unicef (sans détailler quel a été l'impact de chacun de ces facteurs dans les différents pays touchés). De façon globale, l'agence de l'ONU cite "la médiocrité des infrastructures de santé, les troubles civils, la faible sensibilisation de la communauté, la complaisance et l'hésitation face à la vaccination".

Dans les pays développés et notamment en France, cette recrudescence est liée aux inquiétudes face aux vaccins et à la diminution de son utilisation, parfois liée à des allégations sans fondement médical reliant le vaccin contre la rougeole - vaccin combiné ROR - à l'autisme. Cette fausse information est largement relayée sur les réseaux sociaux comme une idée commune, soit par ignorance soit par idéologie, comme le font des membres du mouvement dit "anti-vax".

Lire aussi

Comme le rappelle le communiqué de l'Unicef, la rougeole est plus contagieuse que l’Ebola, la tuberculose ou la grippe. Le virus peut être contracté jusqu'à deux heures après le départ d'une personne infectée car il se propage par l'air et infecte les voies respiratoires. Une fois infecté, il n’existe aucun traitement spécifique contre la rougeole, entraînant potentiellement la mort d'enfants mal nourris ou de bébés trop jeunes pour être vaccinés. "La rougeole est peut-être la maladie, mais trop souvent, la véritable infection est la désinformation, la méfiance et la complaisance." a affirmé Henrietta Fore. "Nous devons faire plus pour informer avec précision chaque parent, pour nous aider à vacciner chaque enfant en toute sécurité."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter