La belle histoire du jour : atteint d'Alzheimer, incapable de s'exprimer, il retrouve la parole grâce à un chien

La belle histoire du jour : atteint d'Alzheimer, incapable de s'exprimer, il retrouve la parole grâce à un chien

Santé
DirectLCI
MEILLEUR AMI DE L’HOMME - Lisa Abeyta n'en est pas revenue quand son père, malade, muet depuis des mois, a dit à son chien : "Je prendrai soin de toi, tu prendras soin de moi".

On a tendance à résumer la maladie d'Alzheimer à une détérioration progressive de la mémoire, mais l'amnésie n'est que l'une des conséquences de cette dégénérescence irréversible du cerveau. Il en résulte aussi des troubles du comportement, à terme une tendance au repli et bien souvent la perte totale du langage et des fonctions motrices.

A un stade avancée de la maladie, seul avec son esprit

Charles Sasser, un retraité du Nouveau-Mexique en est rendu là, cinq ans après qu'on lui a diagnostiqué la maladie. Ce monsieur passe ses journées sans bouger, il n'interagit plus avec son entourage et n'a pas décroché un mot ou du moins une phrase qui se tienne depuis des mois, témoigne sa fille, Lisa Abeyta, qui l'a filmé dans son salon d'Albuquerque.

En l'occurrence, par la magie de la relation entre nous autres deux pattes et nos compagnons qui en ont quatre, il se trouve que sur une vidéo qui émeut le Net depuis jeudi, son papa est assez loquace et manifestement bien conscient de ce qui se passe autour de lui. Sur son blog , Lisa explique qu'elle gardait son père chez elle pendant une heure, le temps pour sa mère de faire quelques courses et d'échapper un moment à ce quotidien infernal qu'elle assume avec dignité et dévouement.

Et pourtant, un chien l'a fait sortir de sa bulle

Chez lui, Charles est inséparable de Molly, l'un des deux chiens de la maison, et déjà Lisa avait pu constater qu'à l'occasion, il continuait de lui parler alors que depuis un an, ses capacités d'expression se sont passablement détériorées. Chez elle, elle a été stupéfaite, au point de filmer la scène, de voir qu'au contact de son propre chiot, Roscoe, venu les accueillir sur le pas de la porte, son père a pendant près d'une heure joué, caressé, et plus étonnant, tenu un discours cohérent à l'animal domestique, lequel remuait la queue, ravi.

Posté sur Youtube, la vidéo de ces moments de partage, d'affection, qui ne sont pas le quotidien des malades atteints d'Alzheimer et de leur entourage a suscité beaucoup de témoignages allant dans le même sens : les animaux de compagnie, du chien au chat en passant par les poissons, ont un vrai rôle thérapeutique à jouer. Ils favorisent l'émergence de souvenirs chez d'anciens maîtres, ils permettent un échange qui ne passe pas par les mots, et dans le cas présent, peu banal, paradoxalement, ils peuvent même rendre la parole.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter