La cigarette électronique n'aiderait pas à arrêter de fumer

La cigarette électronique n'aiderait pas à arrêter de fumer

DirectLCI
SANTE - Une récente étude américaine affirme que la cigarette électronique ne présente pas un avantage particulier pour cesser de fumer. Malgré des campagnes publicitaires mettant en avant cet argument, les vapoteurs ne seraient pas plus nombreux que les vrais fumeurs à renoncer au tabac.

C'est l'un des arguments phare des fabricants d'e-cigarette. Et l'une des principales motivations pour les fumeurs. La cigarette électronique aiderait à se sevrer définitivement du tabac. Mais cet argument est-il fiable ? Non, si l'on en croit une étude réalisée à l'université de San Francisco. Les travaux, publiés dans la revue JAMA Internal Medicine indiquent que les utilisateurs de e-cigarettes ne sont pas plus nombreux à renoncer au tabac que les autres fumeurs.

Pour leur étude, les chercheurs ont enquêté auprès de 949 fumeurs, dont 88 possédaient une cigarette électronique. A la fin de l'étude, 13,5 % des "vrais" fumeurs avaient arrêté de fumer, contre 10 % pour les "vapoteurs". "Nos données viennent appuyer les autres études indiquant que la cigarette électronique n'accroîtrait pas le taux de fumeurs renonçant à la cigarette", estiment les chercheurs. Ces derniers précisent néanmoins que le faible nombre de participants utilisant une e-cigarette ne permet pas de tirer une conclusion définitive.

Des confirmations attendues

En attendant des résultats plus poussés , ils insistent sur le rôle de la publicité. "Les réglementations devraient interdire les publicités affirmant ou laissant entendre que les cigarettes électroniques sont efficaces pour arrêter de fumer tant que cela n'a pas été démontré scientifiquement", écrivent-ils. Il est encore difficile d'établir un verdict sur le rôle, bénéfique ou non, des cigarettes électroniques car, comme le fait savoir le Dr Mitchell Katz, rédacteur en chef adjoint du JAMA Internal Medicine, "les preuves de leur efficacité pour arrêter de fumer sont contradictoires et non concluantes".

En France aussi, le doute plane. En février dernier, l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) révélait que "l'essor prononcé de la cigarette électronique" avait fait diminuer la vente de tabac de 7,6 % en un an. Des résultats à relativiser, puisque les paquets de cigarettes ont connu au même moment une nouvelle hausse des prix. La Haute Autorité de Santé (HAS) se fait, quant à elle plus mitigée sur le sujet, en affirmant qu'en raison de "l'insuffisance de données, il n'est pas possible de la recommander dans le sevrage tabagique ou la réduction du tabagisme".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter