La dépression d'un des deux parents affecte les notes des enfants

La dépression d'un des deux parents affecte les notes des enfants
Santé

PSYCHO – La dépression touche sans distinction d'âge, de sexe, ni de classe sociale. Mais dans une famille il semblerait que quand un adulte souffre, les enfants trinquent à chaque fois et particulièrement les filles. Explications.

La dépression n'est pas tout à fait une maladie comme une autre. Elle est mal connue et reste entourée d'un certain tabou. Ainsi, ceux et celles qui en souffrent ne font pas toujours la démarche de se faire aider et restent dans ces cas-là sans traitement adéquat pour soigner leur mal.

Mais bien souvent quand un membre d'une famille fait face à la dépression, c'est toute la cellule qui est impactée. Et en première ligne, on trouve la plupart du temps les enfants et adolescents du foyer. Une étude américaine de l'université de Drexel à Philadelphie, effectuée en Suède sur un large panel d'enfants, vient établir le lien entre dépression parentale et mauvais résultats scolaires. Des données qui tendent à mettre en œuvre encore plus de prévention à destination des proches d'une personne touchée par la dépression. Leurs conclusions ont été publiées dans le journal  JAMA Psychiatry.

Les filles encore plus affectées

Pour étayer leurs recherches, les scientifiques américains ont mis en place un panel de 1.124.162 petits suédois et de 34.000 mères et 24. 000 pères souffrant de dépression. Les enfants ont été étudiés entre leur entrée dans le cursus scolaire classique et leur sortie du dispositif, approximativement vers l'âge de 16 ans. A quelque moment que ce soit dans leur scolarité, à chaque fois qu'un de leurs parents expérimentait un état dépressif, les résultats des enfants chutaient de manière concomitante.

EN SAVOIR + >> Lutter contre la dépression : trois conseils pour apprendre à méditer

Un constat qui se faisait d'autant plus sentir si le parent concerné était la mère et que sa progéniture était féminine. En effet les filles semblaient plus affectées dans leur performances scolaires que les garçons surtout quand le parent qui souffrait de dépression était la mère.

Mieux prendre en charge les enfants

Si cette étude vient, pour certains, conforter une évidence, elle à le mérite de généraliser (de par le nombre d'enfants qui ont participé à l'expérience) l'état de nécessité des familles qui traversent cette épreuve. Loin de vouloir stigmatiser les parents, ces travaux visent à démontrer l'importance d'un accompagnement spécifique pour les élèves qui traversent cette situation. En France, la dépression est l’une des maladies psychiques les plus répandues. Selon une enquête  réalisée en 2005 par l’Inpes, 8% des Français de 15 à 75 ans (soit près de 3 millions de personnes) ont vécu une dépression au cours des douze mois précédant l’enquête et 19% des Français de 15 à 75 ans (soit près de 8 millions de personnes) ont vécu ou vivront une dépression au cours de leur vie.

Ainsi, si vous pensez souffrir de dépression, la première chose à faire est de vous entretenir avec votre médecin traitant. Il saura vous conseiller sur les traitements qui pourraient vous convenir (psychothérapie, traitement médicamenteux, luminothérapie ...) et ensuite vous orienter vers des professionnels de santé spécialisés sur cette question. Cela aura un effet bénéfique sur vous mais aussi sur votre famille. Ça vaut le coup d'en parler, non ? 

À LIRE AUSSI
>>  Elle a vécu la dépression post-partum : "J’ai eu peur de jeter mon bébé par la fenêtre" >> Gagner des millions ne protège pas de la dépression >> 90 minutes de marche dans la nature, la dernière arme contre la dépression

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter