Le Covid, c'est fini ? Non, "il est en pause pour l'été", prévient Martin Blachier sur LCI

Le Covid, c'est fini ? Non, "il est en pause pour l'été", prévient Martin Blachier sur LCI

4E VAGUE - Invité d'Elizabeth Martichoux sur LCI, l'épidémiologiste Martin Blachier a alerté jeudi sur la possibilité d'une reprise de l'épidémie en septembre et a appelé à ce que la campagne de vaccination se poursuive.

L'épidémie n'est pas terminée, prévient ce matin Martin Blachier sur LCI. S'il a reconnu que les décisions d'alléger les restrictions sanitaires intervenaient au bon moment, l'épidémiologiste parle de l'été comme d'une "parenthèse enchantée" et prévient que le pays n'est pas à l'abri d'une quatrième vague à l'automne. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

L'épidémie régresse, et cela, plus vite que prévu, Martin Blachier ne le conteste pas. Une amélioration qui serait liée à un cocktail chaleur-vaccination. "C'est d'abord la chaleur qui a pesé sur cette épidémie et qui, là, l'a complètement écrasée, qui fait qu'on a un niveau de circulation virale extrêmement bas. C'est ce qui fait que même s'il y a quelques petits clusters qui seront des phénomènes un peu exceptionnels ici ou là, on a du mal à croire qu'il y ait une vague épidémique. Et plus la vaccination avance, et plus ça appuie aussi sur l'épidémie", explique-t-il. 

Cette amélioration de la situation justifierait l'allégement des restrictions sanitaires comme la levée du couvre-feu ou l'arrêt du port obligatoire du masque à l'extérieur. "Il y a un pilote dans l’avion qui est assez cohérent", constate Martin Blachier. 

A l'automne, les choses vont être radicalement différentes- Martin Blachier, épidémiologiste

Pour autant, Martin Blachier a également alerté sur la possibilité d'une reprise de l'épidémie : "On est sur un point d'équilibre qui est un point d'équilibre d'été, c'est-à-dire que ce qu'il se passe cet été n'est absolument pas ce qu'il va se passer à l'automne, quand le point d'équilibre de l'épidémie va changer et les choses vont être radicalement différentes.

Un point de bascule qui dépendra de la poursuite de la campagne de vaccination. "Le Covid est en train de se mettre en pause pour l'été. Pour qu'il disparaisse complètement, il faudrait une vaccination quasi exhaustive de la population française. 80-90%, mais en gros 100%", assure-t-il. 

"Ce qui va être marquant à la rentrée, ce qu'on va avoir des situations extrêmement différentes entre les endroits qui ont vacciné et les endroits qui ont moins vacciné. Par exemple, Israël, qui a vacciné 95% de sa population vulnérable, ne risque pas d'avoir de nouvelles hospitalisations."

Vers une vaccination obligatoire des populations vulnérables ?

Cette nécessité justifierait selon l'épidémiologiste la mise en place d'une obligation vaccinale pour certaines catégories de la population. "Si on ne prend pas la décision au milieu de l'été de vacciner 100% de notre population vulnérable, on aura probablement de nouvelles hospitalisations", avertit le scientifique. Les personnes de plus de 55 ans et celles qui ont des pathologies chroniques, notamment les gens qui sont obèses et en surpoids devraient donc être obligatoirement vaccinées pour Martin Blachier. 

Lire aussi

"L'idée qu'on va avoir l'immunité collective par magie, comme l'a dit Alain Fischer dans le JDD, à mon avis, elle est assez folle." Citant des pays comme Israël, le Royaume-Uni ou les États-Unis qui ont suffisamment de doses pour vacciner l'ensemble de la population, l'épidémiologiste fait le constat qu'ils arrivent à un point d'équilibre, c'est-à-dire 65% de la population vaccinée, "insuffisant pour l'immunité collective". Au 15 juin en France, 45,9% de la population totale ont reçu une première injection et 22% ont un schéma vaccinal complet. 

Les populations les plus âgées auraient, quant à elles, un taux de vaccination de 82-83 %, "mais il faut encore gagner 10 points." "Si au milieu de l'été, on se rend compte qu'il reste des personnes de ces populations qui ne sont pas vaccinées, il faudra les y contraindre. Sinon nous aurons de nouvelles hospitalisations à l'automne, nous aurons de nouvelles mesures contraignantes, ce qu'on ne veut pas voir revenir en France", alerte l'épidémiologiste. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Guadeloupe : les autorités sanitaires déposent une dizaine de plaintes après des menaces de mort

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.