La gastro-entérite fait son retour, les bons conseils d'un pharmacien

DirectLCI
SANTÉ - L'automne marque le retour de la gastro-entérite et le seuil épidémique a déjà été dépassé dans plusieurs régions. L'occasion de rappeler quelques principes pour se prémunir du virus.

C'était attendu. Selon la carte du Réseau Sentinelles, si le seuil épidémique de gastro-entérite n'a pas encore été atteint au niveau nationale (146 cas pour 100.000 habitants contre 170 cas nécessaires), il a été largement dépassé dans trois régions de France. "Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en : Provence-Alpes-Côte d’Azur (228 cas pour 100 000 habitants, Grand-Est (207 cas pour 100.000 habitants) et Pays de la Loire (205 cas pour 100.000 habitants)


Selon Réseau Sentinelles, "le niveau d’activité des diarrhées aiguës devrait continuer d’augmenter durant les prochaines semaines".


Un frémissement qui se fait sentir dans le cabinet du docteur Damien Meurisse. Mal de ventre, diarrhées, grosses fatigues accompagnées de vomissements et diarrhées… Les patients de ce médecin généraliste à la Madeleine (Nord) sont de plus en plus nombreux à se plaindre de ces symptômes. Même constatation dans les pharmacies du département où les ventes de pansements gastriques, de cachets anti-vomissement, anti-nausées décollent. 

Cas de gastro-entérite sur la semaine du 13 au 19 novembre

S'hydrater, bien se laver les mains... : conseils pour se prémunir de la gastro

Un bon moyen de se prémunir du virus : se laver les mains, désinfecter poignée de portes, interrupteurs et cuvettes de toilettes. "La transmission se fait de main à main", rappelle Malik Rebiai, pharmacien à Lille, qui insiste également sur l’importance d’une bonne hydratation dans le cas où la gastro se serait installée. Côté assiette, privilégier bananes, carottes cuites ou riz, très efficaces contre la maladie.  

Selon les données du réseau Sentinelles, les gastro-entérites aiguës virales sont à l’origine chaque année de 700.000 à 3,7 millions de consultations en médecine générale. L’augmentation du nombre de consultations s’observe habituellement entre décembre et janvier avec un pic, le plus souvent au cours des deux premières semaines de janvier. La durée épidémique la plus longue (19 semaines) a été observée lors de la saison 2008-2009.

Plus d'articles

Sur le même sujet