La majorité des vaccins contre le coronavirus utilise-t-elle la "technologie OGM" ?

ADN illustration

MÉCONNAISSANCE - Sur le plateau de LCI, une invitée de la "Grande Confrontation" a interpellé ce mardi le ministre de la Santé au sujet des vaccins faisant appel "à une technologie OGM". C'est une confusion entre différents vaccins.

Elle confrontait le ministre de la Santé à ses inquiétudes, notamment celles autour d'un nouveau vaccin. Comme plus de la moitié des Français, Anaïs Lefaucheux, critique littéraire, est réticente à la vaccination. Ce mardi 8 décembre, elle a demandé à Olivier Véran, lors de l'émission "La Grande confrontation" diffusée ce 8 décembre sur LCI, ce qu'il en était des "vaccins ayant recours aux technologies OGM". Une sortie qui a étonné le ministre. Et à raison. L'invitée faisait référence à une technologie qui n'est pas utilisée dans la grande majorité des vaccins achetés par l'Union européenne, faisant la confusion avec la technologie l'ARNm.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

La technologie OGM déjà utilisée dans des vaccins

Les différents vaccins actuellement mis au point par certains laboratoires, dont Pfizer et Moderna, utilisent en effet cette technologie, également appelée "ARN messager". Pour certains, c'est la preuve que ces produits vont modifier nos gènes de manière irréversible. Comme nous vous l'expliquions déjà dans cet article, il s'agit d'une erreur déjà dénoncée par de nombreux scientifiques. Seulement, ici Anaïs Lefaucheux a évoqué une autre technologie, celle des vaccins faisant appel à des organismes génétiquement modifiés, des OGM. Or, l'ARN messager "n'est pas un vaccin OGM", comme le rappelle Rodolphe Thiébaut, professeur de Santé publique à l'Université de Bordeaux. 

Cependant, d'autres vaccins "en cours de développement" utilisent, eux, cette technologie, relève le chercheur auprès de LCI.fr.  C'est notamment le cas du vaccin russe Spoutnik V, mais aussi du vaccin d'AstraZeneca et celui de Johnson & Johnson. En conséquent, ce type de vaccins doit suivre une voie réglementaire différente de celle des ARN, avec "des essais plus poussés". 

Lire aussi

Si la défiance autour de cette méthode peut s'expliquer à cause des controversés OGM utilisés dans l'agriculture, le chercheur souligne que ce sont évidemment de deux sujets distincts : "Nous n'avons pas affaire à la même problématique quand on parle de vaccins en santé et sur des maïs dans les champs". Il s'agit en fait, en médecine, de ce qu'on appelle des "adénovirus génétiquement modifiés". Et certains sont déjà utilisés. Contrairement à l'ARNmessager, qui est une nouvelle technologie qui sera commercialisée pour la première fois, celle des adénovirus est largement tolérée dans la thérapie génique. Comme l'a rappelé le ministre de la Santé, elle est promue notamment par le Téléthon pour soigner des maladies rares et graves. Et a notamment été utilisée pour Ebola. Rodolphe Thiébaut en sait quelque-chose, il a fait partie d'un consortium européen de recherche contre cette maladie en Afrique. Un vaccin approuvé aussi bien par l'Agence européenne du médicament que par la Food and drug administration (FDA), et dont les effets sont largement documentés. 

Une crainte sur cette méthode que balaie également Aurélie Wiedemann. Immunologiste à l'Institut de recherche vaccinale de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, elle précise que ces vaccins "à ADN" introduisent en effet "une étape supplémentaire par rapport à un vaccin ARN", sans toutefois amener un risque additionnel. "Dans le cadre du vaccin ADN, de nombreuses études ont été réalisées et plusieurs vaccins utilisent déjà cette technologie", soulignait-elle elle aussi auprès de Marie Claire

Il est donc faux d'assurer que les vaccins utilisent une technologie  OGM. Quant aux vaccins ARNmessager, les chercheurs s'accordent à dire qu'ils ne vont pas non plus entraîner une "anomalie génétique" irréversible. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - 9056 nouveaux cas de Covid-19 à Moscou, un record depuis le début de l'épidémie

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.