La maladie de Parkinson en cinq questions

La maladie de Parkinson en cinq questions

DirectLCI
SANTE - A l'occasion de la Journée Mondiale de la maladie de Parkinson, metronews vous en dit plus sur cette affection neurodégénérative chronique, lentement évolutive, d'origine le plus souvent inconnue.

Qu'est-ce que cette maladie ?
La maladie de Parkinson (MP) est une maladie neurodégénérative qui affecte le système nerveux central et se manifeste principalement par des troubles du mouvement. Elle a été décrite pour la première fois en 1817 par un médecin anglais du nom de James Parkinson, qui lui donne alors le nom de « Paralysie tremblante ». Elle touche une structure de quelques millimètres située à la base du cerveau et qui est composée de neurones appelés neurones dopaminergiques qui disparaissent progressivement. Leur fonction est de fabriquer et libérer la dopamine, un neurotransmetteur indispensable au contrôle des mouvements du corps. Si le mécanisme est connu, ses causes sont toujours inexpliquées.

Combien de personnes sont touchées en France ?
Avec environ 150 000 patients en France, la maladie de Parkinson est l’affection neurologique dégénérative la plus fréquente après la maladie d’Alzheimer. Chaque année, 14 000 nouveaux cas sont diagnostiqués, selon l'association France Parkinson. Elle affecte principalement les personnes de plus de 60 ans (âge moyen de 58 ans), mais 10 % d'entre elles ont moins de 50 ans. Il existe également des formes génétiques rares (5 %) qui se manifestent plus tôt, avant l'âge de 40 ans. "Avec le vieillissement de la génération du "baby-boom" et les gains réguliers d’espérance de vie, le pic épidémiologique est devant nous", explique l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Quels sont les symptômes ?
Le diagnostic peut être facile du fait de la présence de deux de ces trois symptômes suivants : la lenteur du mouvement (bradykinésie), un tremblement au repos de la main et/ou du pied et la raideur (hypertonie) et une raideur des membres. Contrairement aux idées reçues, tous les Parkinsoniens ne tremblent pas. La maladie débute 5 à 10 ans avant leur apparition, lorsque environ la moitié des neurones dopaminergiques a disparu. À côté de ces trois troubles majeurs, elle se manifeste par des symptômes secondaires : douleurs, crampes, fourmillements, constipation, sueurs et salivations abondantes, déprime. L'évolution de la maladie est propre à chacun et dépend de nombreux facteurs.

Comment la traite-t-on ?
La L-Dopa (lévodopa ou traitement dopaminergique) est la thérapie de référence, efficace sur les trois symptômes : la maladie de Parkinson étant due à une insuffisance de production de dopamine, ce médicament pallie cette insuffisance. Mais il entraîne souvent des effets secondaires (hypersexualité, achats compulsifs, troubles du comportement alimentaire, hyperactivité). La stimulation cérébrale profonde est utilisée avec succès depuis une quinzaine d’années. L'opération consiste à implanter symétriquement deux petites électrodes dans une structure cérébrale très précise de chaque côté du cerveau. Elle ne guérit pas la maladie et ne fait qu'améliorer les signes moteurs, ce qui permet d'économiser les médicaments.

Où en est la recherche ?
Outre la volonté de mettre au point de nouvelles générations de traitements, les chercheurs étudient deux pistes : celle des cellules souches, et celle de la thérapie génique (introduire des gènes thérapeutiques dans des cellules ciblées). Dans le premier cas, la transplantation de cellules permettrait de remplacer les neurones perdus. La recherche travaille à l'élaboration de cette greffe depuis environ quinze ans. Quand à la thérapie génique, un essai clinique de phase II réalisé à l'hôpital Henri-Mondor a permis à quinze patients de bénéficier d'un nouveau traitement consistant à injecter un virus rendu inoffensif contenant trois enzymes indispensables à la production de dopamine, qui fait défaut dans la maladie de Parkinson. Le but est de favoriser une stimulation de dopamine en continue.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter