Le décès d'une star du baseball lié au vaccin ? Le raccourci hasardeux de François Asselineau

Rien n'indique que le décès de Hank Aaron ait un lien avec sa vaccination.

FACT-CHECKING - Le président de l'UPR a réagi au décès d'une ancienne gloire du baseball américain, Hank Aaron. Il s'étonne que l'on évoque peu sa récente vaccination et laisse entendre que cela pourrait être lié à sa mort.

Peu développé en France, le baseball est un sport majeur aux États-Unis, et dont Henri "Hank" Aaron fut l'un des grands noms durant les deux décennies qu'a duré sa carrière (1954-1976). L'annonce de son décès, survenu le 22 janvier, a ému ses fans, mais également suscité des réactions de la part de personnes ne s'intéressant pas ou peu au baseball. C'est le cas de François Asselineau, le président fondateur de l'UPR, qui s'est étonné sur Twitter que l'on évoque peu en France les circonstances dans lesquelles a disparu le champion.

Il souligne en effet qu'Aaron s'était publiquement engagé en faveur du vaccin, et qu'il avait été vacciné au début de mois de janvier en espérant pouvoir donner l'exemple au plus grand nombre. François Asselineau ajoute que si les médias américains ou Wikipedia (en anglais) évoquent cette vaccination récente, ce n'est pas le cas en France. "'On' doit estimer qu'il vaut mieux que les Français ne le sachent pas", glisse le leader de l'UPR, laissant clairement entendre que les médias s'accorderaient pour passer sous silence un lien entre son décès et le vaccin. Des raccourcis pour le moins hasardeux et hâtifs.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Aucun lien de cause à effet avéré

Que sait-on des circonstances de la mort de Hank Aaron ? En réalité, pas grand-chose. CNN, à l'instar des autres médias outre-Atlantique, reprend les éléments fournis par son ancien club d'Atlanta, expliquant que le décès est intervenu "durant le sommeil" de l'ancienne gloire du baseball. Et ajoute qu'aucune autre information n'a été communiquée suite à sa mort. Il est exact de souligner qu'au début du mois, le 5 janvier, il avait participé à une opération de vaccination aux côtés d'autres figures afro-américaines. "J'étais fier de recevoir le vaccin contre le Covid-19 [...]. J'espère que vous ferez de même !", s'était-il exprimé.

Le décès de Hank Aaron est intervenu un peu plus de deux semaines après avoir reçu une dose du vaccin. À ce jour, rien n'indique qu'un lien de cause à effet puisse être établi. Il faut d'ailleurs rappeler que l'ancienne gloire de la ligue américaine avait 86 ans, un âge respectable d'autant qu'aux États-Unis, l'espérance de vie moyenne pour un homme est d'environ 76 ans

François Asselineau indique, il est vrai, que des médecins craignent que sa mort puisse faire douter la population. L'un d'eux a ainsi expliqué craindre "que les gens agissent sous le coup de l'émotion et ne se fassent pas vacciner". Une réaction qui serait d'autant plus regrettable "qu'en fait, il n'y a aucune donnée scientifique pour étayer cette hypothèse" entre le vaccin et le décès du vieil homme.

Un silence à relativiser

En France, a-t-on vraiment cherché à passer sous silence le fait que Hank Aaron ait été vacciné ? Cette affirmation de François Asselineau apparaît plus que contestable, et ce pour une série de raisons. Tout d'abord, il faut souligner que peu de médias ont évoqué le décès de l'ancien joueur. Trois seulement, dont deux spécialisés dans le sport (L'Équipe et Eurosport). Il n'est pas surprenant que ces derniers se soient focalisés sur la carrière de la star, plutôt que sur les circonstances de son décès, d'autant qu'aucun élément ne semble permettre d'établir un lien avec le vaccin. Quant à Ouest-France, qui a également réalisé un article, il ne consacre que quelques rapides paragraphes à cette disparition, s'en tenant aux grandes ligne du CV sportif d'Aaron.

La presse américaine, logiquement, se montre plus complète, et évoque la vaccination de l'octogénaire. Ce qui se comprend puisque celle-ci avait été médiatisée et que le joueur était là-bas une véritable célébrité. La taille des articles s'en ressent, puisque l'on peut lire de longs hommages et des rappels conséquents consacrés à son parcours. 

Un constat identique s'opère en ce qui concerne les pages Wikipedia. Si celle rédigée en anglais mentionne bien le fait qu'Aaron ait été vacciné début janvier (ce que ne fait pas la version française), elle apporte aussi des dizaines d'éléments supplémentaires concernant sa carrière. Méconnu en France et figure d'un sport pratiqué de manière confidentielle dans l'Hexagone, il ne bénéficie pas d'une attention similaire de notre côté de l'Atlantique. 

En résumé, il est donc hâtif de présenter le décès de Hank Aaron comme lié au Covid-19. S'il a bien été vacciné quelques semaines auparavant, il avait surtout 86 ans. Les seules informations dont nous disposons évoquent un décès dans son sommeil, sans que les médecins n'établissent de lien avec la  vaccination. Assurer que les médias français passeraient cet élément sous silence est également trompeur, puisque rares sont ceux à avoir relaté sa mort. Les seuls l'ayant fait ont plutôt choisi de se concentrer sur sa riche carrière, dans le cadre de courts articles n'entrant pas dans le détail de son parcours ni de ses engagements.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, 22 autres départements soumis à des mesures renforcées

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Séisme en Nouvelle-Zélande : alerte au tsunami en Nouvelle-Calédonie et dans tout le Pacifique

EN DIRECT - Covid-19 : avec 3.633 patients concernés, le nombre de malades en réanimation reste stable

CARTE - Covid-19 : trois nouveaux départements sous "surveillance renforcée", 23 concernés au total

Lire et commenter