La peste a fait 47 morts à Madagascar : faut-il avoir peur ?

La peste a fait 47 morts à Madagascar : faut-il avoir peur ?
Santé

ÉPIDÉMIE – À Madagascar, depuis le 1er août, la peste bubonique a fait 47 morts, dont un dans la capitale. Pas de raison pour autant d'éviter cette destination. Explications.

La peste n'est pas une maladie du Moyen Âge. Entre le 1er août et le 24 novembre, on a dénombré à Madagascar 138 cas suspects de peste et 47 décès dus à cette maladie, annonce à metronews le directeur de l'institut Pasteur de Madagascar, Christophe Rogier : "Le nombre de cas est approximativement équivalent à ce qu'on dénombre chaque année."

Traitement avec des antibiotiques

Cette maladie infectieuse est en effet endémique dans cette île de l'océan Indien. Et ce, du fait de contacts fréquents entre les hommes et les rongeurs, dont les puces transmettent la bactérie responsable de la maladie.

EN SAVOIR + >> Non, la peste ne se transmet pas par les mouches

Chez l'homme, si la peste bubonique n'est pas traitée à temps, "60% en meurent", signale Christophe Rogier, qui évoque une maladie "qui se transmet aussi facilement qu'Ebola et tue autant". La maladie peut engendrer une septicémie ou encore atteindre les poumons (on parle alors de peste pulmonaire) et dans ce cas être contagieuse d'homme à homme par la toux. Toutefois, "avec des antibiotiques, tout le monde survit".

Pas d'exportation de la maladie

L'OMS craint "un risque d'un rapide développement de la maladie dû à la haute densité de population dans la ville et aux faiblesses du système de santé". Pour le moment, l'organisation "ne recommande aucune restriction aux voyages et au commerce". "Les endroits où sévit la peste ne sont pas des zones touristiques", rassure le directeur de l'institut Pasteur de Madagascar.

Certes, il y a eu deux cas dans la capitale, Antananarive, dont un mortel, mais "dans un quartier défavorisé où les touristes ne vont pas s'égarer" : pour y arriver, il faut traverser "une zone marécageuse, en marchant sur des passerelles brinquebalantes sur 200 mètres". En outre, "il n'y a pas eu de cas secondaire". Quant à une éventuelle exportation de la maladie, elle n'est pas redoutée. "Il n'existe pas d'évidence que Madagascar exporte la peste", souligne Christophe Rogier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent