Lait maternel : un moyen de prévenir l’obésité chez l’enfant ?

Lait maternel : un moyen de prévenir l’obésité chez l’enfant ?

DirectLCI
SANTE - Dans une récente étude, des chercheurs français ont mis en lumière le rôle protecteur de l’allaitement sur le risque d’obésité à l'âge adulte. Ce bénéfice peut toutefois être compromis en raison d'un mauvais équilibre des nutriments après cette période.

La prévention de l'obésité passe par l'alimentation, et ce dès l’allaitement. Telle est la conclusion d'une étude menée par des chercheurs de l'Inserm. Comme de nombreux scientifiques, ils se sont intéressés à un sujet qui fait débat : l'allaitement maternel a-t-il une influence sur la santé de l'enfant ? Leurs résultats publiés dans The Journal of Pediatrics ont démontré un effet protecteur jusqu'à l'âge de 20 ans. A condition toutefois de ne pas négliger les apports nutritionnels pendant les deux premières années, élément déterminant pour assurer ces bienfaits.

Les chercheurs ont suivi pendant vingt ans une cohorte de 73 enfants, nés entre 1984 et 1985. Ils ont recueilli des informations sur leur allaitement et leurs apports nutritionnels aux âges de 10 mois, à deux ans, puis tous les deux ans jusqu’à 20 ans. A cet âge, plusieurs mesures ont été relevées dont la taille, le poids, et la composition corporelle (mesures de la masse maigre et de la masse grasse). Les résultats montrent que l’effet bénéfique de l’allaitement est associé à une diminution de la graisse corporelle à 20 ans.

Les lipides, nutriments essentiels

Comment expliquer ce phénomène ? Les statistiques ont montré le rôle essentiel des lipides jusqu'à l'âge de deux ans. Ces derniers constituent une famille de nutriments énergétiques à l'instar des protéines et des glucides. “Notre étude a donc montré pour la 1ère fois que si l’on prend en compte l’alimentation après la période d’allaitement, le rôle protecteur du lait maternel sur le risque de surpoids apparaît clairement,” explique Marie Françoise Rolland-Cachera, principal auteur de l'étude.

Les chercheurs précisent que l’alimentation des jeunes enfants est souvent caractérisée par des apports élevés en protéines mais faibles en lipides. Or le lait maternel en est riche et contient à l'inverse une faible proportion de protéines. D’après les recommandations officielles, les lipides sont très importants chez les jeunes enfants afin de répondre à leurs besoins élevés en énergie pour leur croissance et leur développement. Il ne faut donc pas les restreindre dans leur alimentation.

Suivre les recommandations officielles


C'est là que les effets sur le métabolisme se font sentir : ce dernier s'habitue à ce déficit, mais cette adaptation le rendra plus susceptible de développer un surpoids lorsque les apports en lipides augmenteront plus tard. De fait, les laitages allégés sont peu recommandés avant l'âge de deux ou trois ans en raison de leur faible teneur en lipides mais élevée en protéines. L’effet bénéfique du lait maternel peut donc être masqué par une alimentation pauvre en lipides après l’allaitement.

"Mais une alimentation conforme aux recommandations officielles, soit pas de restriction des lipides avant l’âge de 2-3 ans laisse apparaître son effet bénéfique” souligne Sandrine Péneau, coauteur de ces travaux. Etant donné ce rôle protecteur, les chercheurs soulignent l’importance d’une alimentation conforme aux recommandations officielles destinées aux jeunes enfants. En France, ces recommandations sont disponibles sur le site Internet du Programme National Nutrition Santé (PNNS).

Plus d'articles