Le baclofène ne fait pas de miracle mais réduit bien la consommation d'alcool

Santé
SANTÉ - Présenté comme le médicament permettant de stopper l'envie de boire, le baclofène a bien la capacité de réduire la consommation d'alcool mais ne va pas jusqu'à l'abstinence, révèlent de nouvelles études.

Il était attendu par certains comme le produit miracle. Celui pouvant permettre aux alcooliques de combattre leur addiction. Si une étude valide le fait que le baclofène aide bien à réduire la consommation d'alcool, en particulier chez les plus gros buveurs, le médicament n'a en revanche qu'une portée limitée en ce qui concerne l'abstinence.

C'est en tout cas ce que deux études françaises rendues publiques samedi tendent à prouver.

Des buveurs de 12 verres par jour sont passés à 3Le professeur Reynaud

La première, menée par Michel Reynaud, professeur en addictologie à l'hôpital Paul Brousse, a placé 158 patients sous baclofène et 162 autres sous placebo pendant 20 semaines. Résultat, les personnes sous baclofène qui consommaient en moyenne neuf verres et demi par jour sont passés à quatre, contre cinq pour ceux sous placebo. Et la baisse est encore plus forte pour les gros buveurs. "Des buveurs de 12 verres par jour sont passés à trois verres avec le baclofène contre cinq avec le placebo", indique le professeur Reynaud.

Les effets indésirables (somnolence, fatigue, insomnie) se sont révélés plus fréquents sous baclofène, sans qu'aucun problème grave n'ait été enregistré.

Une étude attendue sur les effets indésirables du baclofène

La seconde, coordonnée par le professeur Philippe Jaury, a permis de comparer l'efficacité et la sûreté du baclofène à fortes doses sur des personnes fragiles psychologiquement et physiquement. Les résultats, qui portent là encore sur l'abstinence ou la réduction de la consommation d'alcool, montrent "56,8% de succès pour les personnes sous baclofène contre 36,5%" pour celles sous placebo. 

Cette étude a été accompagnée de décèsn signalés à l'agence du médicament. Un constat malheureusement induit par la "grande fragilité" des malades concernés.

Si ses effets ne sont donc pas miraculaires, le baclofène possède tout de même des résultats probants pour le traitement de l'alcoolisme. Une autre étude, lancée début 2016 sur près de 800 patients volontaires sur les effets indésirables du médicamentn est très attendue.

En vidéo

Alcoolisme : des baisses sensibles de la consommation observées grâce au Baclofène

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter