Le centre anti-poison de Paris alerte sur les bonbons au cannabis, souvent confondus par les jeunes enfants

Le centre anti-poison de Paris alerte sur les bonbons au cannabis, souvent confondus par les jeunes enfants
Santé

ATTENTION - Dans un tweet publié mardi 30 juillet, le centre Antipoison et de toxicovigilance de Paris a alerté sur les potentiels risques liés à la consommation de bonbons à base de cannabis, notamment chez les enfants.

Attention, vos enfants pourraient facilement s'y méprendre ! Si vous avez acheté ou envisagez d'acheter des bonbons à base de cannabis sur le net ou dans dans des pays étrangers, méfiez-vous de leurs potentiels dangers, notamment chez les plus jeunes, alerte le centre antipoison et de toxicovigilance de Paris dans un tweet publié mardi 30 juillet. 

Vendues sous des formes attrayantes (sucettes, petit ours en gélatine ou encore pâte de fruits), ces confiseries à base de cannabis  contiennent des doses plus ou moins importantes de THC, qui peuvent s'avérer dangereuses pour les enfants, tentés par ce qu'ils pensent être des sucreries ordinaires. 

De nouveaux produits de plus en plus courants

Ces confiseries sont de plus en plus courantes suite à la libéralisation du cannabis dans plusieurs pays. L'occasion pour certaines entreprises de développer légalement des nouveaux produits qui attirent de nouveaux clients. Des produits dérivés "préoccupants" selon le centre antipoison de Paris car "ils pourraient provoquer des intoxications accidentelles et non intentionnelles". 

Dans un article publié dans la revue scientifique The Lancet, le centre antipoison de Paris indique avoir enregistré en février dernier un premier cas d'empoisonnement impliquant des produits de THC nouvellement importés. Un événement qui a attiré leur attention concernant ces produits. Par ailleurs, le centre a dernièrement constaté des troubles neuropsychiques chez certains patients suite à la consommation de ces bonbons au cannabis : "des "bad-trip" plus importants que s’ils avaient fumé un joint", explique auprès de franceinfo le Dr Vodovar, médecin au centre antipoison de Paris.

Une banalisation de ces nouveaux produits qui inquiète le centre : "Nous avons régulièrement des problèmes à cause de la drogue à disposition des enfants. Ils prennent la résine posée à leur hauteur pour du chocolat", indique le médecin. Il le rappelle : le THC peut provoquer "des troubles de la conscience, des comas ou des intubations" et les enfants de moins de 6 ans sont les plus vulnérables.

Pour le centre antipoison de Paris, il est alors nécessaire que les pays visant à légaliser le cannabis aient une approche plus conservatrice face à ces produits à base de THC et que des restrictions de commercialisations soient recommandées.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter