SANTE - Le Citalopram, un antidépresseur couramment prescrit ralentirait la production des protéines bêta-amyloïdes, responsable du déclin cognitif chez les patients atteints d'Alzheimer. Si les résultats de cette recherche sont encourageants, les scientifiques estiment néanmoins qu'il serait prématuré que des personnes en consomment pour freiner le développement de la maladie.

Les antidépresseurs sont conçus pour agir sur le cerveau et traiter des troubles de l'anxiété ou dépressifs. Mais ils pourraient aussi agir contre une autre pathologie : Alzheimer . Des chercheurs de la faculté de médecine de l'Université Washington (St Louis) ont découvert que l'un d'eux, le Citalopram, avait la capacité de réduire la production des protéines bêta-amyloïdes. Lesquelles, lorsqu'elles sont trop nombreuses, s'agglutinent pour former des plaques dans le cerveau et favorisent le déclin mental causé par la maladie.

Leur étude, publiée dans la revue Science Translational Medicine , a montré des résultats très concluants chez des rongeurs mais aussi chez des patients. Une première expérience, menée sur 23 personnes âgées de 18 à 50 ans et en bonne santé, a montré qu'une seule dose de Citalopram réduisait de 37 % la production de protéines bêta-amyloïdes dans le cerveau après 24 heures.

"Les risques n'en valent pas encore la peine"

Une seconde expérience a été pratiquée sur des souris âgées qui avaient des plaques de bêta-amyloïdes dans le cerveau. Après 28 jours, le traitement a réduit de 78% la formation de nouvelles plaques. "Les antidépresseurs paraissent diminuer de façon significative la production de bêta-amyloïde, ce qui est très intéressant", relève le Pr John Cirrito, l’un des principaux auteurs de cette recherche, qui poursuit : "Mais bien qu'ils soient généralement bien tolérés, les risques n'en valent pas la peine tant que nous ne disposerons pas de preuves définitives de leur action pour ralentir ou arrêter Alzheimer ".

Par ailleurs, d'autres études doivent être menées pour expliquer le mécanisme exact du Citalopram contre Alzheimer . La piste la plus probable est celle de la sérotonine, une molécule chimique du cerveau qui régule de nombreuses fonctions physiologiques, dont l'humeur. Les antidépresseurs agissent en maintenant la circulation de cette molécule dans le cerveau, ce qui permettrait de réduire la production de protéines bêta-amyloïdes et donc de plaques.

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 cas ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

Lire et commenter