Le coronavirus est-il devenu moins mortel ?

Le coronavirus est-il devenu moins mortel ?
Santé

MORTALITÉ – Alors que le nombre de contaminations est en hausse en France, les courbes des hospitalisations et des décès sont, elles, globalement stables. Pourquoi le coronavirus semble-t-il devenu moins létal ?

Depuis quelques semaines, la France subit un regain de l’épidémie de coronavirus. Mardi 11 août, la Direction générale de la santé (DGS) a recensé 1.397 nouveaux cas en 24 heures, portant le total à plus de 11.000 sur les sept derniers jours. Un indicateur en hausse, qui contraste avec les courbes des réanimations et des décès.

Selon la DGS, 5.012 personnes sont actuellement hospitalisées pour une infection Covid-19. C’est moins qu’il y a une semaine (5.162). En réanimation, 391 malades sont actuellement admis, soit 3 de moins que sept jours auparavant. Enfin, le nombre de décès est stable, avec 58 morts en une semaine (30.354 au total).

"Le nombre de patients vulnérables atteints est faible"

Alors pourquoi l’augmentation du nombre de cas, qui ne peut s’expliquer uniquement par la hausse des tests effectués, ne s’accompagne-t-elle pas d’un regain d’activité dans les hôpitaux ? "Ce sont surtout les patients jeunes qui sont atteints", répond à LCI l’épidémiologiste Martin Blachier. "Ils sont généralement asymptomatiques, ou font des formes très légères" de la maladie, explique-t-il. "Il n’y a pas suffisamment de personnes vulnérables qui sont touchées" pour que cela se ressente "dans les services hospitaliers pour l’instant."

Lire aussi

D’autres raisons sont évoquées pour analyser la baisse de la létalité, comme l’amélioration "de la prise en charge des patients" en réanimation, avec des techniques qui "n’étaient pas encore totalement au point" lors de la première vague de l’épidémie en France. "Ce n’est toutefois pas un changement majeur", continue Martin Blachier, "cela ne permet pas de diviser significativement le taux de létalité. [...] La raison principale reste le faible nombre de patients vulnérables atteints."

Le virus, pas moins virulent l’été

Ce n’est pas non plus la période estivale et les fortes températures qui s’abattent sur la France qui permettent de diminuer la mortalité liée au virus. "Les températures estivales n’ont aucune influence sur le virus lorsqu’il est déjà à l’intérieur de notre corps", indique Nathan Clumeck, membre de l’Académie royale de médecine de Belgique.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

L’été permet simplement de modifier les comportements de la population, plus encline à se rendre en extérieur, dans des conditions moins propices à la circulation du virus. Mais la saison ne joue pas sur la virulence du Covid-19, et donc sur le nombre de décès que la maladie entraîne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent